• Archéologie: Une grande cité maya découverte par un Québécois de 15 ans ? + 3 vidéos

     

    Une grande cité maya découverte par un

    Québécois de 15 ans ?

     

    L'histoire ressemble à un scénario hollywoodien à la Steven Spielberg, inspiré par la série Les Mystérieuses cités d'or. Le Journal de Montréal révèle qu'un jeune Québécois de 15 ans aurait découvert que les Mayas installaient leurs cités en suivant le dessin de leurs constellations. La preuve : cette drôle d'hypothèse aurait permis de débusquer une nouvelle cité. Une belle idée mais dont on attend la confirmation...

     

    Palenque, dans l’État mexicain du Chiapas, près du fleuve Usumacinta, est mondialement célèbre. C’est l’un des sites mayas les plus impressionnants et on en connaît aujourd'hui probablement moins de 10 % de sa superficie. Il reste encore plus de mille structures couvertes par la forêt. © Wikipédia, Peter Andersen

    Palenque, dans l’État mexicain du Chiapas, près du fleuve Usumacinta, est mondialement célèbre. C’est l’un des sites mayas les plus impressionnants et on en connaît aujourd'hui probablement moins de 10 % de sa superficie. Il reste encore plus de mille structures couvertes par la forêt. © Wikipédia, Peter Andersen

     
     

    Aujourd'hui âgé de 15 ans, William Gadoury avait déjà, en 2014, attiré l’attention de membres de l’Agence spatiale canadienne quand lui a été décerné le premier prix de la finale québécoise de la Super Expo Sciences Hydro-Québec. Le jeune garçon, en effet, se passionne pour les Mayas depuis un certain temps

     

    L'adolescent savait donc qu'ils étaient de remarquables mathématiciens et astronomes, comme l'attestent des indices fourmillant dans leur architecture et leur religion. Parce qu’il ne comprenait pourquoi nombre de leurs cités ont été construites dans des régions peu hospitalières, William a eu l’idée de chercher une explication du côté des théories des prêtres-astronomes.

     


    William Gadoury nous parle de sa découverte. © France 2

     

    La carte des cités mayas serait celle de leurs constellations

     

    Par exemple, la disposition de nombreux temples est en rapport avec les mouvements du Soleil et des étoiles. C’est le cas de la tombe de Pacal, un des rois de Palenque. À Uaxactún, trois temples marquent également la position du Soleil levant au moment du solstice d'été, des deux équinoxeset du solstice d'hiver.

     

    William a donc cherché si la localisation géographique des cités mayas avait une quelconque connexion avec 22 des constellations considérées par cette culture. À sa grande surprise, il pouvait effectivement expliquer de cette façon la distribution de plus de cent villes et l’hypothèse semblait d’autant plus convaincante que les étoiles les plus brillantes des constellations correspondaient aux plus grandes villes mayas.

     

    Mais, en ajoutant une 23e constellation, une 118e cité manquait à l’appel, dans la péninsule du Yucatan, au Mexique. Le jeune adolescent a donc postulé que cette ville existait et a commencé à en parler à des membres de l’Agence spatiale canadienne, tout en cherchant à la localiser sur des images satellitaires.

     


    Un documentaire canadien, en français, sur la civilisation maya et la cité de Palenque. Voici la première partie. © Musée canadien des civilisations (MusCanCiv)

     

    La cinquième plus grande cité maya ?

     

    Sa démarche a été prise au sérieux par Armand LaRocque, spécialiste en télédétection de l’université du Nouveau-Brunswick, et par Daniel De Lisle, qui étudie la Terre depuis l’espace avec des radars pour l’Agence spatiale canadienne. Selon les deux chercheurs, il semble que des structures évoquant une pyramide entourée d’une trentaine d’autres constructions émergent effectivement du traitement numérique des données satellitaires. Très encouragé, William Gadoury a baptisé en dialecte maya cette cité perdue depuis près de mille ans K’àak’ chi’, soit Bouche de feu.

     

    L'histoire est belle mais l'annonce peut cependant laisser perplexe. Aucune publication dans un journal scientifique ne vient étayer la thèse d'une correspondance entre les constellations mayas et la localisation géographique de leurs cités. Il manque également une publication des observations satellitaires démontrant l'existence d'une métropole restée cachée. Pourtant, la découverte serait d'importance car cette ville mystérieuse pourrait bien être l’une des plus grandes villes mayas.

     


    La seconde partie du documentaire sur les Mayas. © Musée canadien des civilisations (MusCanCiv)

     

    La mystérieuse cité maya attend ses visiteurs

     

    L’idée du jeune William est certes ingénieuse et son travail force l’admiration et le respect. Il n’est pas question non plus de dénigrer le travail des deux chercheurs qui l’ont pris sous leurs ailes. Mais il est facile de trouver des corrélations qui ne résistent pas à une analyse critique et serrée des données (souvenons-nous du visage sur Mars). Certes, les Nazcas ont réalisé de remarquables géoglyphes sur plusieurs kilomètres et les Mayas étaient des astronomes et des architectes remarquablement doués. Toutefois, pour répartir ainsi leurs villes selon le dessin de constellations, leurs ingénieurs auraient dû maîtriser des techniques de géodésie sophistiquées et dresser des cartes précises à grande échelle. Ces cités, en effet, s'étalent sur un territoire très vaste, où les distances se mesurent en centaines de kilomètres.

     

    Une publication est semble-t-il prévue dans un journal scientifique. Espérons qu’elle accréditera suffisamment l’hypothèse de William pour que des fonds soient rapidement débloqués pour que des archéologues l’emmènent avec eux à la recherche de K’àak’ chi’, seul moyen de vérifier si elle existe réellement.

     

    Archéologie:  Une grande cité maya découverte par un Québécois de 15 ans ? + 3 vidéos

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :