•  

    20 PETITES PHRASES SUR L’AMOUR

    On ne peut résumer l’amour en quelques mots…
    Par contre, on peut décrire les sentiments et émotions qu’il génère avec des métaphores pleines de poésie. Découvrez ci dessous de jolies phrases qui sauront faire battre le coeur de votre âme soeur !

     

    IMAGE : Coeur fleuri pour célébrer l'Amour

     

     

    ❤ L’amour c’est comme le jardinage : ça commence avec une pelle et ça finit avec une graine.

    ❤ L’amour c’est comme la pluie : il fait toujours grandir quelque chose.

    ❤ L’amour c’est comme le soleil : il éclaire et réchauffe mais il peut aussi aveugler et brûler.

    ❤ L’amour c’est comme un château de cartes : long et difficile à construire mais facile à détruire.

    ❤ L’amour c’est comme un jouet d’enfant : on le brise par un caprice.

    ❤ L’amour c’est comme le vent : on le sent, même si on ne sait pas d’où il vient.

    ❤ L’amour c’est comme un orage : il y a souvent un coup de foudre avant que naisse l’arc en ciel.

    ❤ L’amour c’est comme une poussière de bonheur qui te fait éternuer le coeur.

    ❤ L’amour c’est comme applaudir : une main n’applaudit jamais seule, il en faut deux.

    ❤ L’amour c’est comme une rose : sa beauté nous fait oublier ses épines.

    ❤ L’amour c’est cette merveilleuse chance qui fait qu’un autre vous aime quand vous ne pouvez plus vous aimer vous-même.

    ❤ L’amour c’est comme la philosophie : on n’y comprend jamais rien.

    ❤ L’amour c’est des grands mots avant, des petits mots pendant, des gros après.

    ❤ L’amour c’est comme un jardin : si on ne l’entretient pas, les mauvaises herbes poussent et les fleurs fanent.

    ❤ L’amour c’est comme un jeu de cartes : si tu joues à deux, il te faut un bon partenaire mais si tu joues tout seul, il te faut une bonne main.

    ❤ L’amour c’est comme la guerre : ça commence toujours par une déclaration.

    ❤ L’amour c’est comme un roman : si tu ne prends pas tranquillement les premiers chapitres, tu te perds dans le reste de l’histoire.

    ❤ L’amour c’est comme une chanson : elle commence doucement, elle continue en harmonie et quand elle se termine, elle reste encore longtemps dans l’esprit.

    ❤ L’amour c’est comme un papillon : il est hors de portée quand on le chasse. Mais si on le laisse tranquille, il peut très bien venir se poser sur notre épaule.

    ❤ L’amour c’est comme un feu qui jaillit dans une cheminée : tout prend relief à sa lumière.

     

    Art de Vivre 3:  20 PETITES PHRASES SUR L’AMOUR

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Bague de fiançailles : comment bien

    s’y prendre pour la choisir ?

    Bague de fiançailles- comment bien s’y prendre pour la choisir

    Bien plus qu’un simple objet matériel, la bague de fiançailles marque à jamais l’engagement que vous faites envers votre promise. Mais la choisir s’avère être un vrai parcours du combattant, avec toujours cette question « elle va aimer ? ». Voici donc quelques conseils pour vous aider à  bien choisir votre bague.

     

    Identifier les goûts de votre bien-aimée

    Comme une bague de fiançailles se portera toute la vie, il est impératif qu’elle soit au gout de votre dulcinée. Si vous êtes ensemble depuis longtemps, trouver une bague qui lui plaire sera un véritable jeu d’enfant pour vous. Mais si vous n’en avez aucune idée ou que vous avez peur de vous tromper, prenez le temps de bien l’observer, de voir le type de bijou qu’elle porte au quotidien. Est-elle une adepte des bijoux discrets ou de ceux qui ne passent pas inaperçu. Complimentez-la sur les bijoux qu’elle porte de manière à l’amener à vous révéler le style qui lui correspond mieux. Mais tout cela, bien sûr, doit  passer dans la plus grande discrétion pour que la surprise soit au rendez-vous une fois le moment venu.

     

    choisir bague

     

    Opter pour les valeurs sûres

    Si vous ne connaissais pas les gouts de votre moitié en termes de bijoux et si l’idée de le lui demander d’une quelconque façon ne vous emballe pas, misez sur les valeurs sûres. La simplicité est toujours très appréciée si l’élégance répond à l’appel. Dans cette catégorie, le solitaire en diamant figure en tête de liste. Simple et élégante à la fois, ce modèle ne fera qu’éblouir votre moitié. En manque d’idée ? Vous trouverez votre bonheur parmi  les nombreux modèles de bagues de fiançailles Baunat. Si vous voulez de la couleur, optez pour un modèle moins imposant. Vous avec une âme d’artiste ? Vous pouvez créer vous-même le modèle et demander à votre bijoutier de le réaliser pour vous. Mais pour cela, vous devez revoir votre budget à la hausse.

     

    bague fiancailles choix 

    Choisir le métal

    A l’instar du modèle, le choix du métal est tout aussi important dans l’aspect final de votre bague de fiançailles. Vous avez l’or jaune, plus traditionnel qui a toujours fait ses preuves. L’or blanc est arrivé sur le marché depuis plusieurs années maintenant et séduit toujours autant. Ce succès s’explique sans aucun doute par son côté sobre et élégant et du fait qu’il se marie avec toutes les carnations. Mais un nouveau venu s’est ajouté à la liste depuis quelques années : l’or rose. Très discret et élégant, le rose gold est une tendance qui dépasse même le monde de la joaillerie puisque sa couleur est devenu un incontournable dans le monde de la décoration. Surtout, l’or rose se marie parfaitement avec l’or blanc. Dernier choix : le platine. Ce métal inoxydable a l’avantage de s’user moins rapidement que l’or. Toutefois, il s’agit du métal plus cher donc attention à votre portefeuille mais votre bien-aimée n’en vaut-elle pas la peine, si votre budget vous le permet après tout. N’hésitez pas à demander conseil à votre bijoutier.

     

    Art de Vivre 3:  Bague de fiançailles : comment bien s’y prendre pour la choisir ?

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Votre Voiture Est-Elle Prête

    Pour L’hiver?

     

     

    Chaque année, les mauvaises conditions météorologiques en hiver sont responsables de plus d’un quart des accidents de la route, causant dégâts matériels, blessures, voire décès. C’est pourquoi, avec le retour de pluies diluviennes, de chutes de neige, du grésil, du brouillard, du vent et du verglas, votre famille et votre véhicule doivent être protégés.

     

    Voici donc quelques conseils pour vous préparer à affronter l’hiver :

    Changer vos essuie-glaces : La mauvaise visibilité est la principale cause des accidents de la route, plus particulièrement en hiver. Si vos essuie-glaces laissent des traces ou si les lames sont asséchées, rigides ou fissurées, il est grand temps de les remplacer. Profitez-en pour acheter une paire supplémentaire et laissez-les dans votre coffre, avec un bidon plein de lave-glace antigel.

     

    Utiliser l’air conditionné : Cela peut sembler contre-productif, mais si les vitres sont embuées et gelées à cause du froid qui règne à l’extérieur, le système d’air conditionné de votre véhicule, ajusté à une température chaude, neutralisera l’humidité.

     

    Vérifier les phares : La neige, la gadoue et la saleté peuvent couvrir les phares (et les feux de freinage), réduisant ainsi la visibilité pour vous et les automobilistes qui vous entourent. Nettoyez vos phares régulièrement, plus particulièrement après de longs trajets et lors de mauvaises conditions météorologiques.

     

    Vérifier votre batterie : La batterie de votre voiture est moins efficace lorsqu’il fait froid, et l’huile du moteur s’épaissit, ce qui peut nuire au démarrage de votre véhicule. Faites vérifier votre batterie par des professionnels et faites-la remplacer si elle est en fin de vie. Évitez ainsi que votre batterie meure en pleine tempête de neige.

     

    Réchauffer votre moteur : Si vous vivez dans une région où les températures chutent brutalement et si vous laissez votre véhicule à l’extérieur, envisagez l’installation d’un chauffe-moteur, que vous pourriez brancher sur une prise électrique.

     

    Lubrifier vos serrures : L’humidité qui s’installe dans les portes ou les serrures du coffre peut geler lors de conditions extrêmes et nuire à l’ouverture des portes. Utilisez un vaporisateur de silicone pour lubrifier vos serrures avant qu’il ne fasse très froid. Et si vous êtes bloqué à l’extérieur, un antigel pour serrure peut être utile.

     

     

    Art de Vivre 3:  Votre Voiture Est-Elle Prête Pour L’hiver?

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Semaine de relâche: bien préparer

    son congé

     

    «On a reçu des réservations pour de longs... (Photo fournie par Au Chalet en bois rond0)

     

    «On a reçu des réservations pour de longs séjours dès la fin de l'été, note Cynthia René, adjointe au marketing d'Au Chalet en bois rond. Pour les séjours de deux nuitées, on peut patienter jusqu'à la fin de l'automne.»

     

    PHOTO FOURNIE PAR AU CHALET EN BOIS ROND0

     
     

    Cette année, les jeunes de la Montérégie, des Laurentides, des Cantons-de-l'Est, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, du Centre-du-Québec et de l'Outaouais seront en relâche en même temps que ceux de Québec, Montréal et Laval pendant la semaine du 5 mars. Seules quelques commissions scolaires de Lanaudière, de l'Abitibi et de la Basse-Côte-Nord seront en congé une semaine plus tôt. Mieux vaut planifiez sa relâche sans tarder.

     

    Au chalet

    Si vous songez à passer quelques jours dans un chalet pour profiter des joies de l'hiver, mieux vaut s'atteler à la tâche dès aujourd'hui. «C'est déjà commencé chez nous, confirme Cynthia René, adjointe au marketing d'Au Chalet en bois rond. On a reçu des réservations pour de longs séjours dès la fin de l'été. Pour les séjours de deux nuitées, on peut patienter jusqu'à la fin de l'automne. » Selon Mme René, les gens réservent de plus en plus rapidement pour s'assurer de pouvoir bénéficier du chalet de leur choix, celui qui convient le mieux aux besoins de leur famille. Parmi les 55 chalets offerts par l'entreprise de Sainte-Christine-d'Auvergne, dans la région de Portneuf, ce sont les habitations de petit et de moyen format qui sont réservées en premier pour la semaine de relâche, les grands chalets de 20 à 40 personnes vont davantage trouver preneur les week-ends.

     

    À Walt Disney World

     

    Aller visiter Mickey à Walt Disney World coûte cher pendant la relâche, et c'est encore plus vrai si on tarde à réserver. Vaut donc mieux s'y prendre dès maintenant. «C'est la période la plus achalandée avec Noël, confirme Annie Mailhiot, directrice de Voyage Club Évasion, à Boisbriand. Le choix de chambre est plus grand quand on réserve tôt, c'est d'autant plus crucial pour les familles recomposées qui cherchent des chambres pouvant loger jusqu'à six personnes.» Selon Mme Mailhiot, Disney propose aussi des offres avantageuses très tôt à l'automne, de façon à prendre le pouls de la demande pour les mois à venir. «Il n'y a pas de problème pour ceux qui n'ont pas de restrictions budgétaires, soutient Mme Mailhiot. Mais pour ceux qui veulent économiser, les promotions font une grande différence. À tel point que les gens nous demandent de les appeler dès que les promotions entrent en vigueur.»

     

    Art de Vivre 3:  Semaine de relâche: bien préparer son congé

    Disney propose des offres avantageuses très tôt à l'automne, de façon à prendre le pouls de la demande pour les mois à venir.

    PHOTO FOURNIE PAR DISNEY

     

    En ski

    Si on prévoit aller faire du ski, le mieux est encore une fois d'y penser dès maintenant, car déjà, les meilleures chambres s'envolent. «La relâche est l'une des périodes les plus achalandées de l'année, affirme Jason Masso, directeur du Manoir Saint-Sauveur. Les gens se réveillent généralement un mois avant la relâche, mais il y a déjà des gens qui réservent les meilleures chambres.» Quant aux offres d'activités hivernales pendant la relâche, les forfaits sont pour la plupart déjà en ligne.

     

    À la plage

    Ceux qui veulent aller passer la semaine de relâche au soleil peuvent souffler encore un peu. Le volume de forfaits vacances offerts est grand, il y a du choix. En revanche, «il faut réserver le plus tôt possible si vous avez des demandes précises, avertit Debbie Cabana, directrice des relations publiques chez Air Transat. On pense notamment aux chambres plus grandes ou aux horaires de vol, car on sait que ce n'est pas toujours agréable de voler au petit matin avec de jeunes enfants.» Le mois d'octobre est aussi un bon moment pour réserver, car certains voyagistes offrent une garantie du meilleur prix. Néanmoins, on ne se bouscule pas trop pour l'heure. «Notre humeur fluctue avec la météo, affirme Mme Cabana. Comme on a un automne agréable et chaud, on ne pense pas qu'on va bientôt avoir froid. Présentement, les gens ont moins en tête d'aller passer du temps au soleil.»

     

    En faisant un échange de maisons

    On songe davantage aux services d'échange de domiciles quand on prépare de grands voyages, mais c'est aussi possible de le faire pendant la période de la relâche. «On voit une recrudescence d'activité pour les petites vacances, confirme Alexandra Origet du Cluzeau, directrice de la communication internationale chez Trocmaison.com. Les gens sont de plus en plus familiers avec le système, on voit donc plus de demandes sur des périodes plus courtes, comme Noël et les vacances scolaires. Par rapport à l'an dernier, on a vu une progression globale de près de 50 % des courts voyages.» On recommande aux gens de réserver au moins six semaines à l'avance, mais Mme Origet du Cluzeau fait remarquer qu'il est sans doute plus facile de trouver une maison quand on est flexible sur la destination. «Si je veux faire du ski pendant la relâche, ça peut être à Québec, à Mont-Tremblant ou au Vermont, on est alors plus enclin à obtenir un échange de dernière minute.»

     

    Art de Vivre 3:  Semaine de relâche: bien préparer son congé

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Sophie Fontanel: passer aux cheveux

    blancs et l’assumer

     

    Laisser libre cours à ses cheveux blancs, c’est ce qu’a fait la journaliste et écrivaine française Sophie Fontanel. Dans son quatorzième livre, Une apparition, elle revient sur cette transition – inspirante pour les uns, «confrontante» pour les autres.


    Caroline R. Paquette du magazine Châtelaine

     

    Art de Vivre 3:  Sophie Fontanel: passer aux cheveux blancs et l’assumer


    Photo: Antoine Harinthe

     


    Vous avez entrepris d’arrêter les teintures en 2015. C’était après avoir vu une femme somptueuse à la chevelure de nacre dans un café de Saint-Tropez. Est-ce que votre réflexion était amorcée depuis longtemps?


    Oui. Ce qui me faisait hésiter, c’est qu’il y avait très peu de représentations de femmes flamboyantes avec les cheveux blancs. Bien sûr, on a tous une grand-mère que l’on trouve magnifique, mais je parle de femmes à l’âge où la question se pose: est-ce qu’on teint ou pas? Chez celles qui avaient décidé de conserver leurs cheveux blancs ou gris, je ne sentais pas de jubilation à représenter le féminin de cette façon-là. Elles l’éprouvaient peut-être, mais elles faisaient profil bas.


    Puis, j’ai commencé à croiser des femmes qui ressemblent à ce que je suis aujourd’hui. Je ne saurais dire si elles étaient jolies ou pas, mais elles avaient de belles allures, les cheveux blancs, longs, jusqu’à la taille même. Et chaque fois, je me disais: c’est pas possible comme c’est beau! La femme dont je parle dans mon livre m’a décidée, mais il a fallu que j’en vois cinq ou six avant.


    Ça me faisait peur, au début, d’avoir la moitié de la tête blanche et l’autre noire. Mais je me suis rendu compte qu’il fallait bien que quelqu’un le fasse, un jour, en racontant comment on se sent. Finalement, j’ai appris qu’on n’en meurt pas, de ne pas avoir la tête de tout le monde! Les gens sur Instagram me disaient: «Si c’est réussi sur vous, nous le ferons.»


    J’étais comme une porte-parole; ça m’a donné de la force. Pas que j’aie douté, mais je me sentais parfois comme le petit cheval dans le mauvais temps de la chanson de Brassens. J’avançais avec ces cheveux qui blanchissaient… Je n’ai pas eu le sentiment d’avoir du courage, mais je reconnais que c’était quand même courageux de le faire. On a beaucoup essayé de trouver une explication à votre geste: maladie, allergie ou autre. Comme pour L’envie (2011), d’ailleurs, dans lequel vous racontiez un épisode d’abstinence sexuelle volontaire.


    Notre société est-elle fondamentalement allergique à la marge?


    Les gens sont fascinés par la marge: ils achètent des chansons, regardent des séries qui la racontent. Mais quand quelqu’un la vit, tout à coup, ça fait peur. Moi, j’ai toujours fait autrement que ce que prescrit la norme. Si les réactions à ma transformation sont majoritairement positives, il y a des personnes que ça énerve. L’une d’entre elles a écrit sur Instagram que j’étais la fraude littéraire de la rentrée; elle voulait que je la rembourse. Plutôt que de mal réagir, j’ai répondu que je comprenais que ça la scandalise. Tous les gens qui ne font pas comme les autres sont des fraudeurs.


    Mais il en faut.


    Les médias ne font pas beaucoup de place aux femmes avec les cheveux blancs, ou alors c’est une place très formatée…

     

    Art de Vivre 3:  Sophie Fontanel: passer aux cheveux blancs et l’assumer


    S’il y a une chose que mon livre va aider à changer, c’est ça. Il faut dépasser les représentations actuelles de la femme aux cheveux blancs, qui la dépeignent en Cruella, avec porte-jarretelles et air de tueuse, ou encore comme l’image même de la solitude, avec les rides creusées. Le fait est que les cheveux blancs arrivent très tôt sur la tête des femmes, et que beaucoup le vivent comme un renoncement. En effet, elles ne sont pas narcissisées par les magazines, le cinéma… Elles ont l’impression que quelque chose est fini, alors que ce n’est pas vrai. On peut avoir les cheveux blancs et être ultramoderne.


    Votre rapport à la beauté était plutôt violent, avant, comme en témoigne le début de votre livre. Comment cette expérience vous a-t-elle transformée?


    J’ai vraiment eu l’impression de me dévoiler. De m’offrir la liberté – une liberté qui n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais. On m’avait dit que je deviendrais transparente. Mais quand vous avez les cheveux blancs très longs, comme moi, tout le monde vous remarque. Il y a des jours où je me trouve belle, d’autres pas.


    Quelqu’un a dit, un jour: «Sophie Fontanel, elle s’adore.» Non. Elle s’adore parfois, et enfin.


    Une apparition, par Sophie Fontanel, Robert Laffont, 252 pages.

     

    Art de Vivre 3:

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique