• Art et culture 2.....20 choses qui n'arrivent qu'au cinéma

    20 choses qui n'arrivent qu'au cinéma

    attention, ça va sauter ! (timothy dalton dans 'permis de tuer' en 1989)  
    Attention, ça va sauter ! (Timothy Dalton dans "Permis de tuer" en 1989) © RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA

     Quand on tire sur une voiture, elle explose

    Le cinéma d'action américain, plus particulièrement celui des années 1970-80, regorge de situations abracadabrantesques qu'on ne retrouve jamais dans la réalité.

    Linternaute.com s'est amusé à faire une liste de ces clichés les plus amusants, le plus célèbre étant certainement le coup de la voiture qui explose quand on tire dessus (très récurrent dans la saga James Bond).

    Vous pourrez essayer autant de fois que vous le voudrez : ça ne marchera pas !

    Des draps spéciaux pour hommes et femmes

    scarlett johansson et jonathan rhys meyers dans le même lit ('match point, 2005) 
    Scarlett Johansson et Jonathan Rhys Meyers dans le même lit ("Match Point, 2005) © RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA

    N'avez-vous jamais remarqué qu'après une scène intime ou quand les deux protagonistes sont filmés dans leur lit, les amants sont équipés de draps spéciaux permettant à l'homme d'exposer son torse, tandis que du côté de madame, le drap s'arrête sous les aisselles ?

    Ce procédé est très utilisé dans le cinéma américain pour deux raisons. La première est que les actrices très connues refusent souvent d'apparaître dénudées. La seconde est due au fait qu'il est difficile de vendre un film sur les marchés étrangers (du Moyen Orient notamment) si on voit la poitrine d'une femme.

    Les bombes ont de gros affichages rouges

    une vraie bombe devant kurt russell dans 'stargate' !  
    Une vraie bombe devant Kurt Russell dans "Stargate" ! © WEBER ANITA/SIPA

    Afin de permettre aux gentils de s'en sortir toujours à temps, les bombes sont équipées à chaque fois de gros affichages rouges qui décomptent les secondes (ce qui est rarement le cas dans la réalité). On peut en voir notamment dans Stargate, Le 5ème Elément, Goldfinger...

    Variante : pour désamorcer une bombe, il faut toujours couper le fil qu'on vous demande expressément de ne pas couper.

    Autre variante : quand une bombe explose, le souffle de l'explosion s'arrête toujours dans le dos du personnage principal, permettant à celui-ci de s'en sortir in extremis. On a eu chaud !

    Une allumette éclaire une pièce entière

    le pouvoir d'une allumette illustré par tom cruise dans 'la guerre des mondes' 
    Le pouvoir d'une allumette illustré par Tom Cruise dans "La Guerre des mondes" (2005) © RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPAVous êtes perdu dans le noir et vous n'y voyez pas à deux mètres. Qu'à cela ne tienne : grattez une allumette, vous devriez y voir aussi clairement que si vous étiez en plein jour. Mais seulement si vous êtes dans un film...

    Pourquoi les allumettes éclairent-elles autant au cinéma ? Tout simplement parce qu'il faut rajouter lors d'un tournage un minimum de lumière artificielle afin que la caméra puisse capter les images. S'il n'y a pas assez de lumière, le résultat sera trop sombre pour être exploitable. Un tournage comme celui du film Les Autres, qui se déroule en majorité dans l'obscurité, a donc relevé de l'exploit.

    Les coups de poings font des bruits énormes

    la belle gauche de sylvester stallone dans 'rocky balboa' (2006) !  
    La belle gauche de Sylvester Stallone dans "Rocky Balboa" (2006) ! © Rex Features/REX/SIPA

    Et pif ! Et paf ! Lors d'un combat à mains nues, les coups de poing ou de pied font des bruits énormes, comme dans un jeu vidéo (dans la série des Inspecteur Harry par exemple).

    Depuis, les cinéastes américains ont abandonné ces effets sonores un peu ridicules. Ainsi dans les scènes de combats de Fight Club, le bruit des chocs de la chair contre la chair est ultra-réaliste. Et l'effet est glaçant.

    Le montant du taxi est toujours exact

    hey ! votre monnaie ! (samy naceri dans 'taxi')  
    Hey ! Votre monnaie ! (Samy Naceri dans "Taxi") © NANA PRODUCTIONS/SIPAPas le temps dans les films de s'attarder sur les détails qui font pourtant notre quotidien. Il est ainsi très rare dans un film de voir le client d'un taxi attendre après sa monnaie, une fois qu'il a payé le chauffeur. Quel que soit le billet sorti du portefeuille, le montant semble toujours exact. Amusant.

    Et on trouve un taxi en 5 secondes...

    taxi ! (pierce brosnan en tournage)  
    Taxi ! (Pierce Brosnan en tournage) © COHEN DIANE L/SIPACe cliché doit bien énerver les spectateurs français. En effet, demandez-leur s'il est facile de trouver un taxi, juste en levant le bras comme dans les films, et vous verrez bien qu'il existe un gros décalage entre la fiction cinématographique et la réalité.
    Cette situation ne doit pas gêner en revanche nos amis allemands, puisque le pays compte deux à trois fois plus de taxis qu'en France. De même que les New-Yorkais. Tout est donc une question de point de vue...

    Les chargeurs aux balles illimitées

    chargé ! (liam neeson dans 'taken')  
    Chargé ! (Liam Neeson dans "Taken") © NANA PRODUCTIONS/SIPAC'est certainement l'une des choses les moins crédibles des films policiers des années 1970-1980. Les pistolets n'ont pratiquement jamais besoin d'être rechargés. Donc aucun problème dans une fusillade : vous ne serez jamais à court.
    Variante : amusant de voir que le méchant, qui a été excellent tireur pendant tout le film, n'arrive jamais à se débarrasser du héros lors du combat final, alors que lui n'aura besoin que d'un seul tir pour supprimer son adversaire.

    Un tueur qui marche...

    rien ne sert de courir...(jamie lee curtis et mike myers dans 'halloween, 20 ans 
    Rien ne sert de courir...(Jamie Lee Curtis et Mike Myers dans "Halloween, 20 ans après") © WEBER/SIPA... va toujours plus vite qu'une fille qui court, c'est bien connu. On se rappelle notamment du premier volet de la saga d'Halloween : les filles avaient beau courir dans tous les sens, Michael Myers arrivait toujours à les rattraper, et ce presque de manière décontractée.

    Pareil pour le pêcheur diabolique de Souviens-toi l'été dernier, se contentant de marcher (d'un pas soutenu toutefois) pour attraper ses proies.

    Les clés sont toujours sur le contact

    pas besoin de clé quand on est james bond (sean conney dans 'goldfinger', 1964)  
    Pas besoin de clé quand on est James Bond (Sean Conney dans "Goldfinger", 1964) © SNAP / Rex Features/REX/SIPAVous devez vous échapper ? Vous devez poursuivre quelqu'un ? Ah, comme tout serait bien plus facile si vous étiez dans un film... Il vous suffirait de rentrer dans une voiture en éclatant la vitre et les clés seraient sur le contact. Ou alors dans la poche du pare-soleil.
    Dans la réalité, le vol de voiture reste un peu plus compliqué. En France, les techniques de vol de voiture les plus utilisées restent le vol de nuit ou le car-jacking.

    Se planquer dans la ventilation

    laura dern hyperventilée dans 'jurassic park'  
    Laura Dern hyperventilée dans "Jurassic Park" © Moviestore Collection/REX FEATURES/SIPACoincé dans un immeuble pris en otage par des terroristes (ou des dinosaures, pourquoi pas !), vous ne désirez qu'une seule chose : vous en sortir vivant. Pour cela une seule solution : se glisser dans le système d'aération. Une astuce qu'on retrouve dans Jurassic Park, Le 5ème élément, Piège de Cristal, Mission Impossible, Aliens...
    L'avantage : vous pourrez vous retrouver dans n'importe quel autre endroit que le lieu où vous êtes prisonnier grâce aux nombreux conduits.

    Dans le noir, tout devient bleu

    jour ! nuit ! (nicole kidman et tom cruise dans 'eyes wide shut')  
    Jour ! Nuit ! (Nicole Kidman et Tom Cruise dans "Eyes Wide Shut") © WEBER/SIPAComment faire pour donner l'impression de l'obscurité au cinéma tout en permettant de voir les personnages ?
    A cela les cinéastes n'ont trouvé qu'une seule solution : tout éclairer (afin que la caméra puisse capter les images), mais en bleu. Ce n'est pas choquant en soi, mais imaginez que cela vous arrive dans votre chambre toutes les nuits...

    Les ados n'ont pas d'acné

    la guerre des boutons dans 'lol [laughing out loud]'  
    La guerre des boutons dans "LOL [Laughing Out Loud]" © RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA

    Quelle chance ils ont, les adolescents dans les films ! Excepté pour souligner (caricaturalement) un ado complexé, les jeunes au cinéma ont toujours une belle peau lisse et sans impuretés.

    Ce qui est aussi le cas d'une héroïne de film, toujours apprêtée peu importe la situation : parfaitement coiffée et maquillée au réveil (comme Meg Ryan dans Quand Harry rencontre Sally) et même après avoir passé des mois seule dans le désert (comme Milla Jovovich dans Resident Evil 3)...

    Toujours une manifestation pour se cacher

    matt damon en pleine manif dans 'la mort dans la peau'  
    Matt Damon en pleine manif dans "La Mort dans la peau" © INTERFOTO USA/SIPA

    C'est une des situations les plus récurrentes du cinéma de genre (épouvante ou action) : poursuivi par le méchant, le héros court dans les rues où il a 99% de chances de trouver une manifestation (une fête ou une parade de la Saint Patrick...) lui permettant de se cacher.

    Conscients de ce cliché scénaristique, certains cinéastes ont joué avec lui comme dans Souviens-toi l'été dernier (dans lequel Sarah Michelle Gellar est rattrapée juste avant de rejoindre la foule) ou Minority Report (Tom Cruise ne veut pas rejoindre la foule, mais sa protégée va l'y forcer, ce qui les sauvera).

    Les portières jamais fermées

    pas le temps de fermer, tant pis ! (mel gibson dans 'l'arme fatale')  
    Pas le temps de fermer, tant pis ! (Mel Gibson dans "L'Arme fatale") © OXLEY/SIPAC'est un grand classique : avant qu'on invente la fermeture centralisée, les héros de cinéma ne s'attardaient même pas à verrouiller les portières de leur voiture (ils ne faisaient que les claquer).
    Ce cliché est finalement identique à celui dans lequel le héros n'attend pas sa monnaie dans un taxi : ces petits détails du quotidien allongent l'action, n'apportent rien à l'histoire, et sont donc volontairement supprimés. Au risque de manquer de réalisme.

    Aucun problème pour se garer

    et hop ! (daniel craig sur le tournage du prochain james bond, 'spectre')  
    Et hop ! (Daniel Craig sur le tournage du prochain James Bond, "Spectre") © Angelo Carconi/AP/SIPAPourquoi, à votre avis, James Bond a l'air toujours aussi classe et décontracté en sortant de sa voiture ? Parce qu'il sait qu'en arrivant chez lui ou au travail, il n'aura jamais aucun problème à trouver une place de parking juste en bas de l'immeuble (on voit cet exemple dans presque tous les films américains des années 1970 et 1980, par exemple dans L'Arme Fatale). Ce qui est, avouons-le, rarement le cas, surtout dans les grandes métropoles...

    Cracker un ordinateur ? Facile !

    ne surtout pas craquer ! (tom cruise dans 'mission : impossible')  
    Ne surtout pas craquer ! (Tom Cruise dans "Mission : Impossible") © Moviestore Collection/REX FEATURES/SIPAIls en sont presque admirables, ces hackers. Vous êtes sûrement familiers de ces films où un génie de l'informatique arrive en un clin d'oeil à récupérer les informations les plus confidentielles des dossiers du FBI, tout simplement en pianotant très vite des formules mathématiques complexes sur son ordinateur personnel...
    Bref, s'il n'est pas totalement impossible de s'introduire dans n'importe quel serveur, la manipulation demanderait tout de même un tout petit peu plus de temps que quelques secondes.

    Des indices dans le club de strip-tease

    un indice, mademoiselle ? (natalie portman dans 'closer', 2004)  
    Un indice, mademoiselle ? (Natalie Portman dans "Closer", 2004) © INTERFOTO USA/SIPADans les années 1970 et 1980, ce genre de situations était systématique : c'est même ce qu'on pouvait appeler une grosse ficelle, aussi bien au cinéma qu'à la télévision.
    Lors d'une enquête policière en effet, le petit détour dans un club de strip-tease pour récolter des indices était un passage obligé.
    Aujourd'hui les scènes dans ces boîtes sont plus l'occasion pour le héros de se confier auprès d'une jolie demoiselle (dans Closer par exemple), plutôt que de lui soutirer des informations. On y a au moins gagné en romantisme.

    Et pendant ce temps-là, au Japon...

    l'effet papillon ('aeon flux', 2005)  
    L'effet papillon ("Aeon Flux", 2005) © INTERFOTO USA/SIPALa prochaine fois que vous regarderez un film catastrophe (un cataclysme aux proportions internationales !), il y aura de fortes chances pour qu'on vous montre les conséquences du drame en question... au Japon.
    C'est notamment le cas dans Le Jour d'après, dont l'une des rares scènes qui ne se déroulent pas aux Etats-Unis, montre une tempête de grêle meurtrière au pays du Soleil levant. Un moyen rapide et efficace de montrer que les quatre coins du monde sont concernés, même les plus éloignés.

    Les chiens ne meurent jamais

    james belushi dans 'chien de flic'  
    James Belushi dans "Chien de flic" © SIPAA une certaine époque, les animaux dans les films étaient pratiquement sûrs et certains de se sortir de tous les drames : incendies, fusillades, inondations... Demandez d'ailleurs aux chiens des films Le Pic de Dante ou Independence Day s'ils n'ont pas eu chaud aux fesses...
    Dans le cinéma d'aujourd'hui, les animaux s'en prennent en revanche autant, si ce n'est plus, que leurs amis humains (Danse avec les loups, Liaison fatale, La Guerre des Rose...). Changement d'époque, sûrement.

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :