•  

    24 animaux immortalisés au pire moment qui vous feront rire bien malgré eux

     
     
     
    Feena Mayizika, le 25 avril 2014
     

    Les animaux sont les stars d’Internet et nous aimons particulièrement rire à leurs dépends et parfois nous attendrir tout simplement. Aujourd’hui, DGS vous présente un mélange de ces deux sentiments à travers ces photographies vraiment peu flatteuses de boules de poils. Rires garantis ;) ! 

     

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur1

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur2

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur3

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur4

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur5

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur6

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur8

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur9

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur10

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur11

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur12

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur13

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur14

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur15

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur16

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur17

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur18

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur19

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur20

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur21

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur22

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur23

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur24

    24-photos-animaux-pas-en-leur-faveur7

    Entre les yeux qui louchent, les langues pendues ou encore la bave qui coule, on ne peut pas dire que ces photos montrent ces animaux sous leurs plus beaux jours ! À la rédaction, on trouve que ces clichés donnent un aspect très humain à ces différentes boules de poils. Certains voient des ressemblances avec des photographies de leur enfance : Et vous, parmi ces clichés, lequel vous a le plus fait rire ?

     

    24 animaux immortalisés au pire moment qui vous feront rire....

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Invasion de singes

    Depuis quelque temps, nous assistons à des raids organisés par des singes dans différents pays du monde.
    Rassurés vous, contrairement aux primates évolués de la planète des singes de Pierre Boulle, ceux-là ne parlent pas, du moins pas encore.
    Cependant, babouins ou macaques rhésus ne semblent pas manquer d’ingéniosité pour atteindre leur objectif : se nourrir.
    En Inde, le problème a pris une importance considérable. Mais, comme toujours, l’homme est plus doué pour détruire que pour reconstruire.

     

     

    Gangs de babouins

    Des gangs criminels sans foi ni loi s’attaquent actuellement aux demeures du cap de Bonne-Espérance, en Afrique du Sud.
    Ces babouins criminels terrorisent leurs victimes en dévalisant les garde-manger, vidant les frigos, s’emparant des objets brillants et allant jusqu’à déféquer sur les tapis.

    Babouin

    Babouin. © dinosoria.com

    Ces délinquants peu communs sont natifs de la péninsule du Cap.

    « J’étais tranquillement assis dans mon salon devant un bol de fruits, raconte un habitant de Houts Bay, quand un babouin est entré par la fenêtre et s’est emparé des fruits. Je n’ai esquivé aucun geste tellement j’étais terrifié ».

    Babouins

    Les babouins sont curieux. © dinosoria.com

    Ces babouins cherchent de la nourriture bien évidemment. Cependant, ils ont montré également de l’intérêt pour différents objets, notamment les bijoux.

    Raids de macaques rhésus

    New Delhi, en Inde, est actuellement en guerre ouverte. Non pas contre le Pakistan mais contre des hordes de singes, des macaques rhésus, qui pillent sans vergogne les garde-manger.
    Il ne s’agit pas cette fois d’une dizaine de singes mais de milliers de petits délinquants qui envahissent par vagues successives le centre de la capitale.

    Macaque rhesus

    Macaque rhésus. © dinosoria.com

    Le macaque rhésus (Macaca mulatta) est un petit singe d’une dizaine de kilos qui vit en grands groupes de 50 à 200 individus.
    Pour les hindous, ce singe est un animal sacré.

    Il semblerait que le macaque rhésus ne soit pas reconnaissant de cette idolâtrie mais il possède d’excellentes raisons.
    En effet, la destruction de son habitat provoque la famine. En principe, ce singe affectionne les forêts et les marécages.
    La déforestation intensive le prive de ses ressources habituelles.

    Couple de macaques rhesus

    La destruction de l'environnement provoque la famine chez les macaques. © dinosoria.com

    Affamés, ils se sont regroupés et organisés pour s’infiltrer là où ils savent trouver de quoi survivre.
    Ils n’hésitent pas à se montrer agressifs si on essaye de les repousser. Ils se faufilent dans les bâtiments officiels, dans les maisons et ont même été jusqu’à piller un commissariat de police.

    Incapables de lutter contre une telle armée, la municipalité a introduit une autre variété de singes, les langurs ou entelles, que craignent les macaques.
    Ils ont commencé à s’en servir pour protéger certains bâtiments. Certaines compagnies privées ont « embauché » des vigiles très spéciaux. Jusqu’à 12 langurs peuvent faire office de gardiens.
    Le problème c’est que ces singes sont enchaînés ce qui viole la protection dont ils bénéficient.

    Entelle

    Semnopithecus entellus. © dinosoria.com

    La primatologue Iqbal Malik a mis en garde les autorités contre ce qu’il considère comme une grave erreur.
    Faute de nourriture, les deux espèces pourraient bien s’allier contre l’homme. Il ne faut surtout pas mésestimer l’intelligence des primates.

    Ces paroles très sages sont sûrement celles qu’aurait prononcées Zira.

    Elle estime que la population de singes s’élève à environ 5 000 dans New Delhi. Il y a déjà 7 ans, elle avait proposé que le gouvernement créé une réserve et qu’une campagne de stérilisation soit effectuée.
    Mais, le gouvernement a préféré piéger des centaines de singes ce qui n’a servi strictement à rien.

    Récemment, il avait décidé de remettre en liberté 300 singes enfermés dans des cages. Mais, ces singes « urbanisés » pourraient bien ne pas survivre dans un autre environnement. C’est d’autant plus vrai que les bébés sont enlevés à leur mère.

    Jeune macaque rhesus

    Jeune macaque rhésus. © dinosoria.com

    De nombreuses associations de protection des animaux s’insurgent contre les mesures prises par l’Inde.
    « Nous avons pris leur terre, nous avons pris leurs arbres, nous avons pris leurs forêts et maintenant nous voulons juste les envoyer dans une autre forêt. Nous jouons à Dieu »

    V.Battaglia (23.11.2006)

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    La tigresse et les petits cochons

    Il y a parfois, au sein du règne animal, des comportements que nous sommes bien incapables d’interpréter.
    Cette jolie histoire d’une tigresse qui adopte des petits cochons est digne d’un conte de Noël.

      

    Privés de ses petits, la mère a commencé à sombrer dans la dépression. Malgré tous les soins, le personnel n’arrivait pas à faire sortir la tigresse de sa léthargie.

    Craignant qu’elle se laisse mourir de chagrin, la direction a essayé de trouver des petits orphelins. D’après les vétérinaires, la femelle faisait une grave dépression postnatale.

    La direction fit donc le tour de tous les parcs du pays à la recherche de jeunes tigres. Mais aucun zoo ne possédait de nouveau-nés.
    Un cas similaire s’était produit dans un zoo chinois quelques années auparavant et une solution incroyable avait permis le rétablissement de la mère.
    S’inspirant des Chinois, les Américains ont amené à la tigresse des petits cochons.

    Tigresse et petit cochon

    La tigresse du zoo de Californie

    Les affublant d’un déguisement de tigre, ils les déposèrent près de cette mère à l’instinct maternel très développé.

    Contre toute attente, la maman adopta aussitôt les petits cochons roses au costume rayé.

    La tigresse et ses petits  cochons

    La tigresse et ses petits dans le zoo chinois en 2004

    Comme on peut le voir sur les photos, la petite famille se prodigue câlins et caresses.

    La tigresse et ses petits  cochons

    La tigresse et ses petits dans le zoo chinois en 2004

    Le déguisement est-il un facteur qui a permis de faciliter l’adoption ? C’est douteux car seule l’odeur permet à une mère de reconnaître ses petits.
    Et justement, un cochon ne sent pas le tigre.

    La tigresse et ses petits  cochons

    La tigresse du zoo de Californie

    Vice versa, on peut être étonné de constater que les petits porcelets ont aussi vite crié « maman ! ».
    Cette belle histoire gardera sa part de secrets. Qu’adviendra-t-il de cette belle harmonie familiale quand les cochons vont grandir ?

    V.Battaglia (22.11.2006)

     

     

      

    Pin It

    votre commentaire
  • Un bébé écureuil sauvé par un journaliste de la BBC

     Paul Williams a sauvé un bébé écureuil abandonné par sa mère dans une forêt au Sri Lanka. Journaliste pour la BBC Wildlife, il a réalisé de superbes photos de ce sauvetage.

    1. Paul Williams est réalisateur pour la chaîne de télé nature BBC Wildlife. Alors qu'il était dans une forêt du Sri Lanka, il a trouvé ce bébé écureuil. Le pensant mort au départ, Paul a cependant repéré des petits signes de vie. Après l'avoir réchauffé, il a posé le rongeur près d'un arbre en espérant que sa mère le retrouve.

     

    2. Le lendemain matin, l'écureuil était toujours là. Le journaliste s'est servi des caméras thermiques de l'équipe de tournage pour tenter de trouver un nid d'écureuil dans les alentours, sans succès. Paul a donc conclu que sa mère avait disparu.

     

    3. Ne pouvant pas le laisser seul et sans protection, Paul Williams a recueilli le bébé écureuil, qu'il appelle Rob.  

     

    4. Ces petits écureuils du Sri Lanka sont nourris par leur mère jusqu'à l'âge de 10 semaines. Paul a alimenté Rob à l'aide d'une seringue avec du lait maternisé.

     

    5. Rob, qui passe beaucoup de temps à dormir, s'est donc vite laissé apprivoiser par l'équipe de tournage qui l'emmenait partout.

     

    6. Paul Williams s'est évidemment pris d'affection pour la petite bête qu'il a photographiée sous toutes les coutures.

     

    7. Petit à petit, Rob a repris des forces et s'est accroché à son protecteur.

     

    8. Mais son passe-temps préféré restait quand même la sieste, dans des endroits parfois incongrus.

     

    9. Le but étant de le relâcher quand il sera assez grand pour vivre seul, Paul pose régulièrement Rob dans des arbres pour qu'il apprenne à grimper. Mais cela lui demande beaucoup d'efforts et il finit toujours par s'endormir...

     

    10. Rob semble avoir bien récupéré, et il est temps pour Paul de rentrer chez lui au Royaume-Uni. Le journaliste a confié son petit protégé à l'hôtel où il séjournait.

     

    11. Rob est désormais nourri par l'équipe de l'hôtel jusqu'à ce qu'il soit assez robuste pour retourner à la vie sauvage.

     Pour suivre les aventures de Rob, l'écureuil du Sri Lanka, visitez sa page Facebook

    Pin It

    votre commentaire
  • L'oisillon miraculé : 36 jours pour survivre

    Jour 1 : l'oisillon rescapé

    Oui, cette petite chose est bien un oiseau. Retrouvé sur le bord de la route, aucun nid en vue, l'animal est recueilli par un internaute qui a témoigné sur le site Internet Imgur.com. Voici l'histoire touchante de sa guérison en photos.
    ©  Imgur

    Jour 2 : le bébé volatile est encore duveteux

    Gardé dans une couveuse pour contrôler l'humidité ambiante et la température, impossible de déterminer son sexe, ni son espèce extacte. Finalement, il est baptisé "Dumpling". A ce stade, difficile de dire si Dumpling est mignon ou effrayant...
    ©  Imgur

    Jour 3 : à table !

    Grillons, vers, chenilles et autres insectes constituent le plus gros de ses repas. Toutes les 30 minutes et 14h par jour (!), Dumpling est nourri avec délicatesse afin de reproduire le schéma qui s'opérerait dans la nature. 
    ©  Imgur

    Jour 4 : comme un nourrisson, l'oisillon crie lorsqu'il a faim

    Les plumes de ses ailes commencent tout juste à pousser et il développe même un petit duvet assez ridicule sur le reste du corps. Réglé comme du papier à musique, il crie toutes les 30-45 minutes pour réclamer sa nourriture et fait même ses besoins hors du nid. En guise de remerciements probablement...
    ©  Imgur

    Dumpling ressemble de plus en plus à un oiseau

    Dumpling devient plus stable et se tient presque debout ! Il ressemble de plus en plus à un véritable oiseau et ses petits yeux s'ouvrent.
    ©  Imgur

    Ne pas se fier aux apparences, le volatile est bien vivant...

    Les plumes de ses ailes se développent progressivement, seulement 24 heures se sont déroulées entre la photo précédente et celle-ci ! Bientôt Dumpling pourra peut-être prendre son envol.
    ©  Imgur

    Jour 7 : exploit, il se tient debout !

    Du jour au lendemain, abracadabra ! Dumpling ressemble enfin à un oiseau, un vrai. Il a un orteil anormalement courbé mais ça ne l'empêche pas de courir partout.
    ©  Imgur

    Jour 8 : un vrai ventre sur pattes

    Dumpling est devenu un ventre sur pattes : 3 gros grillons et quelques chenilles à chaque repas.
    ©  Imgur

    Jour 9 : fini la couveuse !

    Fini la couveuse, son corps est désormais recouvert de plumes et régule seul sa température. 
    ©  Imgur

    Jour 10 : nouvelle cage, nouvelle vie

    Grand déménagement, aujourd'hui l'oisillon s'installe dans une vraie cage. Il ne faut pas se fier à cette expression dédaigneuse, Dumpling est très heureux dans son nouvel habitat !
    ©  Imgur

    Jour 11 : le volatile se perche non sans mal...

    Jour à marquer d'une pierre blanche : il se perche officiellement seul pour la première fois ! Même s'il manque d'équilibre (la faute à sa queue pas tout à fait développée), il résiste et s'agrippe fièrement à son perchoir.
    ©  Imgur

    Jour 12 : de plus en plus mature

    Un vrai petit animal de compagnie, il n'a maintenant plus besoin d'être nourri aussi souvent.
    ©  Imgur

    Jour 13 : qu'il a fière allure sur son perchoir !

    Seulement deux semaines après son éclosion, Dumpling devient de plus en plus fort.
    ©  Imgur

    Jour 14 : l'oisillon du début a bien grandi

    Son évolution physique touche à sa fin, l'oisillon du début a parcouru un long chemin.
    ©  Imgur

    Jour 17 : il sautille de branche en branche

    Une cage plus grande, des branches pour se percher, Dumpling sautille et tente de s'envoler.
    ©  Imgur

    Jour 22 : Dumpling affronte le grand air

    Il est temps de l'habituer au grand air, puisque c'est de là que Dumpling vient (et où il retournera !). Sa cage est donc exposée au vent, au soleil et aux allers et venues des autres oiseaux qui viennent communiquer avec lui. 
    ©  Imgur

    Jour 23 : plus de doute, l'oisillon est un moineau

    A partir de maintenant, ses jolies plumes laissent penser que Dumpling est un moineau à col blanc, soit l'une des races d'oiseau les plus communes. 
    ©  Imgur

    Jour 25 : l'oisillon devient oiseau

    Ses jeunes plumes pleines de nuances lui promettent de se camoufler parfaitement dans les arbres.
    ©  Imgur

    Jour 27 : l'oisillon se nourrit seul comme un grand !

    Fini les grillons, Dumpling est passé aux graines et se nourrit désormais seul, sans aide humaine.
    ©  Imgur

    Feuillages, bourgeons, Dumpling s'habitue à la nature

    Dans la nature, sa principale nourriture se constituera de bourgeons. Il se jette d'ailleurs dessus à la moindre branches placée dans sa cage.
    ©  Imgur

    J - 3 avant le grand départ !

    Le jour du grand départ arrive et pour ne pas risquer sa vie, Dumpling attend la fin des tempêtes pour prendre son envol.
    ©  Imgur

    Jour J : Dumpling est dans les starting-blocks

    Hésitant, Dumpling attend quelques minutes avant de sauter hors de sa cage pour s'envoler dans un arbre. Très téméraire, il s'est immédiatement habitué à son environnement jusqu'à ce qu'il disparaisse dans la nature. 
    ©  Imgur

    Jour 36 : l'oiseau s'envole vers de nouveaux horizons

    C'est une longue épopée qui touche à sa fin pour cet oisillon qui a eu de la chance !
    ©  Imgur
     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique