• Astronomie: Sur l'ISS, le premier module gonflable pose problème à la Nasa

     

    Sur l'ISS, le premier module gonflable

    pose problème à la Nasa

     

    Le module Beam devait être gonflé jeudi mais la tentative a échoué car la grosse structure souple de Bigelow Aerospace s'est mal déployée. Un nouvel essai, programmé vendredi soir, a été reporté à ce samedi. La technologie reste à mettre au point mais intéresse la Nasa, qui aimerait la tester pour de futurs habitats spatiaux et planétaires. L'entreprise Bigelow Aerospace, elle, s'est lancé un pari fou : commercialiser des séjours hôteliers spatiaux d'ici une quinzaine d'années.

     

     
     

    À l'aide du bras robotique de l'ISS, installation du module gonflable Beam sur un des ports du module Harmony de la Station spatiale. © Nasa

    À l'aide du bras robotique de l'ISS, installation du module gonflable Beam sur un des ports du module Harmony de la Station spatiale. © Nasa

     
     

    Le 8 avril dernier, la capsule Dragon de SpaceX apportait à la Station spatiale plus 3,1 tonnes de fret et les 1.413 kg du module gonflable Beam de la société Bigelow Aerospace. L'opération est un test pour valider l’intérêt de telles structures en tant qu’habitat ou module spatial. Une fois gonflé, Beam devrait offrir un volume habitable de 16 mètres cubes.

     

    Bien que ce module soit amarré depuis le 16 avril à un des ports du module Harmony, la Nasa n'a entamé son gonflage que jeudi. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu : Beam ne s'est gonflé que partiellement. Une deuxième tentative devait avoir lieu ce vendredi mais a dû être reportée et aura lieu cet après-midi, à 15 h 00 en heure de France métropolitaine.

     

    Une fois Beam gonflé, la Station spatiale comptera un module de plus. Pour des raisons de sécurité, il ne sera pas occupé en permanence. © Bigelow Aerospace
    Une fois Beam gonflé, la Station spatiale comptera un module de plus. Pour des raisons de sécurité, il ne sera pas occupé en permanence. © Bigelow Aerospace

     

    Premier test grandeur nature pour un

    module gonflable

     

    Une fois gonflé, ce module gonflable restera amarré à la Station spatiale internationale pendant deux ans, jusqu'en 2018. Ce module devra montrer l'étendue de ses possibilités et prouver qu'il supporte les conditions extrêmes de l'environnement spatial sans mettre en danger l'équipage de l’ISS. La Nasa veut savoir comment les matériaux dont il est constitué se comporteront et réagiront face aux radiations, aux micro-météorites et aux débris orbitaux.

     

    L’autre intérêt de l’expérience est de s’assurer que ce module est sûr et qu’il pourrait servir de lieu d'habitation pour les astronautes sur d’autres planètes ou comme compartiment de vie d’un véhicule spatial. C’est pourquoi les membres des équipages de l’ISS y séjourneront de temps en temps pendant 3 à 4 heures pour vérifier qu'il est possible d'y vivre et y travailler en sécurité. Une fois sa mission accomplie, Beam se détachera de la station spatiale et se désintégrera en retombant dans l'atmosphère.

     

    Ce n’est pas le premier prototype que Bigelow lance dans l’espace. En juillet 2006 et en juillet 2007 la firme américaine avait lancé les structures gonflables Genesis 1 et Genesis 2, qui ont validé le concept en orbite. Avec les modules Beam et B330, Bigelow Aerospace sera alors techniquement capable de construire une Station spatiale faite de modules gonflables. Ainsi, s’il réunit les fonds nécessaires, le projet audacieux de Bigelow Aerospace, qui prévoit la commercialisation de séjours touristiques et scientifiques à bord de cette future station spatiale, pourrait voir le jour. Cette station serait desservie par Boeing et SpaceX à l'aide des véhicules CST-100 et Dragon V2.

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :