•  

    Contes et Légendes:

     

    Contes et Légendes:  Le Rocher de Grand-Mère

     Photo: https://fr.wikipedia.org

     

    Un grand chef amérindien vivait autrefois dans cette région. Il avait une fille. Celle-ci devint un jour amoureuse d'un aventurier de la tribu. Le père posa une condition à leur mariage : le jeune homme devait lui apporter un canot rempli de fourrures de qualité.
     
     

    Sur un rocher, au centre des chutes, les amoureux se firent la promesse d'être fidèles quoi qu'il arrive. Puis le brave partit pour sa grande chasse mais il n'en revint jamais.

     

    Sa fiancée guetta son retour toute sa vie. Devenue vieille, elle pria le Grand Esprit de laisser un signe d'adieu à son amoureux. Quand elle mourut, un grand éclair frappa le rocher au milieu des chutes. Cela sculpta la figure de la vieille Amérindienne qui regardait toujours au loin.

     

    Voilà pourquoi les Algonquiens nommaient cette chute "Kokomis", c'est-à-dire "ta grand-mère", de là le toponyme de la ville de Grand-Mère, fondée en 1898.

     

     

    Quinze ans plus tard, le rocher fut transporté dans un parc municipal pour faire place à une centrale hydroélectrique. Si vous êtes de passage à Grand-Mère, ne manquez pas d'aller admirer ce rocher !

     

     

    Tout ceci au Québec évidemment

     

     

    Contes et Légendes:  Le Rocher de Grand-Mère

    Pin It

    votre commentaire
  • Histoire vraie

    (Auteur anonyme)
     


     


      

    Monsieur Fleming  était un pauvre fermier écossais.
    Un jour, alors qu'il tentait de gagner la vie de sa famille, il entendit un appel au secours provenant d'un marécage proche. Il laissa tomber ses outils, y courut et y trouva un jeune garçon enfoncé jusqu'à la taille dans le marécage, apeuré, criant et cherchant à se libérer. Le fermier sauva le jeune homme de ce qui aurait pu être une mort lente et cruelle.

    Le lendemain, un attelage élégant se présenta à la ferme. Un noble, élégamment vêtu, en sorti et se présenta comme étant le père du garçon que le fermier avait aidé.

    - "Je veux vous récompenser", dit le noble. - "Vous avez sauvé la vie de mon fils".
     
    - "Non, je ne peux accepter de paiement pour ce que j'ai fait", répondit le fermier écossais.

    A ce moment, le fils du fermier vint à la porte de la cabane.

    - "C'est votre fils" demanda le noble.

    - "Oui", répondit fièrement le fermier.

    - "Je vous propose un marché. Permettez-moi d'offrir à votre fils la même éducation qu'à mon fils. Si le fils ressemble au père, je suis sûr qu'il sera un homme duquel tous deux seront fiers".
    Et le fermier accepta.

    Le fils du fermier Fleming suivit les cours des meilleures écoles et au final, fut diplômé de l'Ecole de Médecine de l'Hôpital Sainte Marie de Londres. Il continua jusqu'à être connu du monde entier. Le fameux Dr Alexander Fleming avait en effet découvert la pénicilline.

    Des années plus tard, le fils du même noble qui avait été sauvé du marécage avait une pneumonie.
    Qui lui sauva la vie cette fois ?... La pénicilline.
    Comment s'appelait le noble ? Sir Randolph Churchill.
    Son fils ? Sir Winston Churchill

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Saint-Nicolas, le Saint Patron des enfants

    sages de Belgique et du nord de la France...

    mais aussi ...

     

    Le 6 décembre approche à grand pas pour le plaisir des petits et des grands.

     

    Quoi de plus amusant de voir le regard pétillant des enfants entendant la sonnette prévenant l’arrivée de St-Nicolas !

     

    Quoi de plus émouvant de voir perler de petites gouttes couleur cristal sur les joues rebondies de ceux qui n’ont pas toujours été très sages !

     

    Dans beaucoup de contrées européennes, St-Nicolas se fait traditionnellement accompagner par un personnage à la sinistre réputation et à l’apparence non moins rébarbative, le Père Fouettard. Pas étonnant que les enfants le craignent avec sa robe brune ou noire, son visage noirci, ses cheveux en bataille et la chaîne qu’il agite.

     

    Le Père Fouettard, qui est-il vraiment 

     

    Une légende raconte que le Père Fouettard serait né à Metz en 1552, lors du siège de la ville par les troupes de Charles-Quint.

     

    Les habitants promenèrent l’effigie de l’Empereur à travers les rues, puis la brûlèrent. C’est d’ailleurs pourquoi, le Père Fouettard serait, dit-on, Charles-Quint.

     

    St-Nicolas, patron des écoliers

    Saint-Nicolas

     

    Les débuts de la vie de St-Nicolas sont mal connus, les dates ne sont pas sûres, mais une chose est certaine, il a vécu à cheval sur le 3 ième et le 4 ième siècle après JC. Il semblerait, qu’il soit issu d’une riche famille de Patara, ville d’Asie mineure ( actuellement la Turquie ) aux environs de 255-257 et mourut le 6 décembre 345-352.

     

    Il était reconnu pour sa grande générosité et son humanisme. Sa popularité n’a pas été altérée au cours des siècles, dans l’imagerie populaire européenne, St-Nicolas, généreux donateur prit rapidement la forme d’un vieil homme, pour le côté rassurant du grand-père, vêtu d’habits épiscopaux, soit d’un long manteau rouge, d’une mitre et d’une crosse en fonction des régions.

     

    Il fut canonisé au Moyen-Age pour devenir notamment le Patron des enfants, puis celui des écoliers. Il est aussi le patron des banquiers, des prisonniers, des marins, des femmes non mariées, des voyageurs, des pèlerins, des condamnés injustement, des poètes etc….il devint aussi le Saint patron de nombreuses villes, diocèses et royaumes.

     

    Comment fêter la St-Nicolas

     

    St-Nicolas est fêté dans de nombreux pays et principalement : en Belgique, en France, en Allemagne, en Suisse, au Luxembourg, en Hollande, en Russie, en Pologne et en Autriche.

     

    Chez nous, en Belgique, et dans l’est de la France, pour le jour de la St-Nicolas, on distribue aux enfants de grands pains d’épices en forme du St-Evêque, des figurines en massepain, des chocolats, des fruits, des friandises, St-Nicolas défile dans les rues et distribue des bonbons aux enfants.

     

    Dans la région de Hanovre et en Westphalie, on l’appelle aussi «  Klas «  ou «  Bullerklas « . C’est à lui que les enfants adressent leurs prières, se réjouissant de petits présents qui les attendent pour le 6 décembre.

     

    Aux Pays-Bas, on fête le 6 décembre de manière particulièrement solennelle. Une légende dit, que St-Nicolas arrive d’Espagne en bateau pour distribuer des cadeaux aux enfants et c’est pour cette raison que la pâtisserie qu’on fabrique pour la circonstance s’appelle « Nicolaasgoed «  ou «  Klasfuss « .

     

    Dans le nord de la France, une vieille coutume veut que les garçons organisent une grande farandole et bombardent les filles de farine à la sortie des écoles. Il paraît que se faire blanchir, porte chance toute l’année. Cette coutume est le reste d’une légende qui raconte que St-Nicolas multiplia la farine pour préserver une région de la famine.

     

    La veille de la St-Nicolas, les enfants placent leurs souliers devant la cheminée avant d’aller se coucher. Il dépose à côté de leur chaussures, une carotte, des sucres pour l’âne de St-Nicolas et un verre de vin pour réchauffer le grand Saint.

     

    A Fribourg, en Suisse, St-Nicolas est le patron de la ville et les gens viennent de très loin pour venir voir le cortège du Saint-Nicolas et entendre son discours entouré de ses Pères-fouettard.

     

    Contes et Légendes:  Saint-Nicolas, le Saint Patron des enfants....

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Contes et légendes...Triste Histoire

     
     

     

     
     
    Triste Histoire

     

    C' est l'histoire d'un chat et d'une souris devenu croyez-le ou non, de très grands amis. Ils s'était rencontrés à la ville, dans un très grands centre commercial. Le chat invita madame la souris au resto pour y déguster un repas. La souris un peu méfiante de cette offre un peu bizarre, fut vite rassurer par le chat, qui lui semblait des plus amical. À la fin du repas le chat ravi de cette rencontre invita à nouveau madame la souris à des rencontres subséquentes, je ne suis pas libre lui répondit-elle, je dirais même que, mon maitre abuse de ma liberté de va et viens ainsi que de paroles, je me sens prisonnière tout comme l' oiseau dans sa cage.               

     


     

     

    Pour une année il n'y a eu que quelques brèves rencontres, vu la non disponibilité de madame la souris. Puis un jour je ne saurai dire de quoi qu'il s'agit, la souris fit un faux pas qui lui emmena une très grande sévérité de la part de son maître. Il te faudra suspendre tes sorties avec tes amis, et promettre de ne plus jamais les revoir ni les contacter. La souris n'avait plus d'autres choix que de plier aux exigences de son maître, sinon de se voir couper les vivres.                                                                        

     

    Dès qu'il appris ce qui ce tramait, le chat en fut terrassé, secoué, pour ne pas dire complètement démoli, de savoir que plus jamais il ne pourra rencontrer à nouveau cette grande amie, avec qui il avait partagé quelques bon moments, mais sans plus. C'en était trop, jamais de ma vie de dire le chat, je n'avais trouvé si grande amitié, les rencontres étant toujours des plus amicales et des plus honnêtes. Mais il se soumis à la demande de la souris, ne voulant que son bien et pour quelle puisse un jour sortir de cette cage infernale, et redevenir elle même.                                                                                                                                                                                 

    Le pauvre chat sombra dans la déprime, un jour il parti pour le centre ville errant de jour comme de nuit essayant d'oublier. Un jour il se blotti contre un clochard, qui se mit à le caresser gentiment, il se rendit compte que ce chat amaigri, semblait pris d'une très grande tristesse, il prit un bol et y versa la moitié de sa bouteille de gin et l'en fit boire le chat. Tiens dit-il, avec cela tu oublieras tous tes soucis.

     Le chat pris l'habitude de revenir chaque soir au près du clochard, et par le fait même, rentrait chez-lui ivre mort. Après quelques mois le chat était  méconnaissable, même ses amis les plus proches, avait de la difficulté à croire ce qu'ils voyaient, tellement qu'il avait maigri et sa démarche étant des plus incohérente et désarticulée.

    Puis un jour le chat ne se présenta pas au clochard qui l'avais pris sous sa tutelle, depuis quelque mois, deux, trois, quatre, jours passèrent, plus aucune nouvelles, dans la tête du vieux clochard, ce chat était probablement mort de tristesse et d'abattement. On entendit plus jamais non plus parler de la souris, qui avait probablement vécu et subit les même aléa de la vie et sombrée dans une dépression profonde, ayant perdu son meilleur ami et confident.  

    À tous les chats et souris du monde je leur souhaite de ne pas vivre une si triste histoire.

      Auteur: Cœur brisé.

    Janvier 2009

     

        

     

    Pin It

    1 commentaire
  • Légende de Robin des Bois

    Robin Hood, Robin des Bois, était un fier hors-la-loi, volant les riches pour donner aux pauvres. C’est du moins le portrait que nous en font les ballades anglaises du Moyen Âge. Mais, Robin des Bois était-il vraiment ce bandit au grand cœur ? N’a-t-il même jamais existé ? Les historiens ont cherché des preuves de l’existence de ce héros légendaire.
    On peut aussi se demander pourquoi ce symbole de la résistance des paysans de race saxonne aux nobles est passé à la postérité.

     

    A la recherche de Robin Hood

    Au 19e siècle, les historiens qui ont grandi en écoutant les histoires chevaleresques remises à la mode par Walter Scott, estiment que les aventures de Robin des Bois manquent de bases historiques sérieuses.

    L’un d'eux, Francis James Child, déclare en 1882 que Robin des Bois n’est qu’un personnage imaginaire de ballade populaire.

    Des recherches ultérieures montreront cependant que la légende recèle peut-être certains éléments véridiques.

    La première version complète de l’histoire de Robin des Bois est datée du XVe siècle. Il s’agit d’une ballade intitulée « Lyttle Geste of Robyn Hode ».
    On y trouve déjà les personnages qui nous sont devenus familiers grâce au cinéma : le shérif de Nottingham, Petit Jean …

    Dans la plupart des références anciennes à Robin des Bois, les premières remontent à 1350, ses exploits se déroulent dans la forêt de Barnesdale, dans le Yorkshire.

    Robin Hood

    Illustration de la fin du 19e siècle de Robin des Bois

    Les historiens se sont donc demandé si « un prince des voleurs » n’a pas existé dans cette région au XIIIe siècle.

    Vers 1228-1230, les archives seigneuriales mentionnent un Robert Hood, décrit comme un fugitif qui « a volé pour le plus grand nombre ».

    Le problème c’est que Robert Hood était un nom très courant en Angleterre.

    De nombreux candidats au titre de Robin des Bois

    Il existe de nombreuses contradictions entre les différentes références historiques. Les ballades situent les exploits au cours de quatre règnes différents : de celui de Richard Cœur de Lion (1189-1199) à celui d’Edouard II (1307-1327).

    On a surtout retenu le règne de Richard Cœur de Lion. Dans la plupart des films, Robin des Bois devient un défenseur du Roi, parti en croisades, contre son perfide frère Jean Sans Terre.

    Mais, les historiens ont également établi un lien entre Robin Hood et la révolte qui a eu lieu en 1265 contre le roi Henri III, sous la conduite du comte de Leicester Simon de Montfort.

    Robin des Bois

    Robin des Bois tourné en 1938 avec Errol Flynn

    Le chroniqueur anglais Walter Bower raconte que, après la rébellion contre Henri, « le fameux voleur Robert Hood […] prit la tête de ceux qui avaient été déshérités et bannis à la suite de la révolte ».

    Mais cette histoire est mise en doute par les historiens modernes. Ces derniers font remarquer que l’arc long, que l’on voit dans les versions de la légende, n’était pas utilisé sous le règne d’Henri III (1216-1272).

    Le candidat le plus plausible est un paysan de Wakefield, dans le Yorkshire, qui a probablement pris part à un soulèvement contre le duc de Lancastre en 1322. Les archives de la ville mentionnent un Robert Hood, condamné pour avoir transgressé « les lois de la forêt «, résisté au seigneur du lieu, et pour ne pas avoir pris part à la guerre contre les Ecossais.
    Il semble également que la maison de Robert Hood ait été confisquée pour cette raison, ce qui expliquerait que cet homme se soit réfugié dans la forêt.

    Robin des Bois, prince des voleurs

    Robin des Bois, prince des voleurs, en 1991, avec Kevin Costner et Morgan Freeman

    Cela situerait la légende au cours du règne d’Edouard II qui, lui-même, a eu un valet nommé Robert Hood.

    Beaucoup d’autres rebelles et hors-la-loi ont été identifiés à Robin des Bois. Parmi eux, Robert Thwing, qui a pillé les monastères pour distribuer du grain aux pauvres. Il y a également Robert Fitzooth dont les dates de naissance et de décès, 1160-1247, correspondraient à celles de Robin des Bois.
    Du moins, c’est ce que prétend un document retrouvé.

    Un héros national

    Les œuvres littéraires ont tellement transformé les éléments historiques qu’il devient impossible de retrouver les traces originales d’un Robert Hood.

    Marianne, la belle dont tombe amoureux Robin, n’est par exemple apparue qu’au XVIe siècle, tout comme le frère Tuck.
    Il est probable que l’un des conteurs a dû estimer qu’il manquait une dimension sentimentale à cette légende.

    Marianne et Robin des Bois

    Marianne et Robin des Bois. Illustration du peintre américain N.C Wyeth

    Selon les versions, Robin est un défenseur des pauvres et des opprimés ou un héros national qui combat les envahisseurs normands aux côtés des Anglo-Saxons.

    Peu importe finalement que le personnage ait vraiment existé ou non. Cette légende est presque universelle.
    On y valorise l’amour de la justice, le courage et l’honnêteté. Savoir que de tels héros ont pu ou pourraient exister nous rassure sur la nature humaine.
    La réalité était cependant certainement moins distrayante que les héros qu’elle a engendrés.

    V.Battaglia (14.05.2006)

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique