• Éphéméride du Jour 4: Les musulmans se déchirent à Kerbela - 10 octobre 680

     

    10 octobre 680

    Les musulmans se déchirent à Kerbela

     

    Le 10 octobre 680, à Kerbela (ou Kerbala), en Mésopotamie, des soldats arabes massacrent une petite troupe conduite par Al-Hussein (ou Husayn), l'un des petits-fils du Prophète de l'islam.

    Le drame survient moins de cinquante ans après la mort de Mahomet. Il va en résulter une scission irrévocable de l'islam entre sunnites et chiites.

    Une fête au goût de sang

    Scène de la fête de Moubarram (Iran), DR

    Les chiites commémorent chaque année le drame de Kerbela à l'occasion de la fête de l'Achoura, le 10e jour du mois musulman de mouharram.

    Cette commémoration donne lieu à de grands pèlerinages dont le principal se déroule comme il va de soi à Kerbela (Irak actuel).

    En Iran, au cours de cérémonies spectaculaires, les taziyeh, des troupes d'acteurs rejouent sur les places le drame de Kerbela et se flagellent jusqu'au sang pour exprimer leur douleur.

    Moawiya vainc Ali

    Les tensions au sein de l'islam ont débuté avec l'assassinat du calife Ali, époux de Fatima, fille du Prophète. Le rival d'Ali, Moawiya, a pris à son tour le titre de calife, devenant le chef de tous les musulmans... et le fondateur heureux de la dynastie des Omeyyades.

    Moawiya obtient dAl-Hassan, fils aîné d'Ali, qu'il renonce à ses droits sur le califat. Il s'exécute mais son frère cadet Al-Hussein persiste quant à lui à rejeter l'autorité de Moawiya...

    La bataille de Kerbela (ou Kerbala), en 680 (XXe siècle)

    La revanche du fils d'Ali

    Après la mort du calife Moawiya en 680 et l'avènement de son fils Yazîd, Al-Hussein se rend avec une petite troupe de fidèles de La Mecque à Koufa, où l'attendent les partisans d'Ali, qualifiés de chiites, d'un mot arabe qui signifie... partisan.

    C'est comme cela que, sur la route, à Kerbela, Al-Hussein rencontre l'armée du gouverneur omeyyade, ibn-Ziad. Ce dernier ne fait pas de quartier. Il attaque sans scrupule la petite troupe. Al-Hussein est tué ainsi que 72 de ses partisans. Sa mort consomme la rupture entre musulmans sunnites et chiites. Les premiers se réfèrent à la sunna (mot arabe qui désigne la tradition musulmane), les seconds se définissent comme les partisans d'Ali, gendre du prophète, d'où leur nom.

    Les sunnites restent largement majoritaires dans le monde musulman. Mais les seconds sont majoritaires en Mésopotamie et en Perse (aujourd'hui l'Irak et l'Iran) et fortement représentés au Liban. Leurs descendants continuent de se combattre, souvent avec la plus extrême violence, comme en Irak.

    André Larané

     

    Éphéméride du Jour 4:  Les musulmans se déchirent à Kerbela - 10 octobre 680

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :