•  

    Vierge de fer

     
     

    Histoire Ancienne:  La Vierge de Fer


     
    Vierge de fer du musée de la torture de Zielona Góra, en Pologne.

    Une vierge de fer, également appelée vierge de Nuremberg, est un instrument de torture ayant la forme d'un sarcophage en fer ou en bois, garni en plusieurs endroits de longues pointes métalliques qui transpercent lentement la victime placée à l'intérieur lorsque son couvercle se referme.

     

    Son existence réelle est toutefois sujette à caution :

    « Quelques instruments, d'un raffinement extravagant, comme la fameuse “vierge de Nuremberg”, ne semblent avoir jamais existé que dans l'imagination des peintres ou dans les baraques de la foire, où on les exhibe encore pour entretenir la haine de l'Ancien Régime. »

    — Remy de Gourmont, Promenades littéraires

     

     

    Antiquité

     

    On trouve dans l'Antiquité des méthodes de torture analogues :

    Si l'on en croit Saint Augustin, le consul romain Marcus Atilius Regulus aurait été supplicié à Carthage en -250 à l'aide d'un appareil ayant le même principe que la vierge de fer:

     

    « Les Carthaginois l'ayant enfermé dans une machine de bois fort étroite, où il était obligé de se tenir debout, et dont ils avaient hérissé l'intérieur de pointes déchirantes, de sorte qu'il ne pouvait se pencher d'aucun côté sans souffrir de cruelles douleurs. Ils le tuèrent ainsi en le privant de tout sommeil. »

     

    — Saint Augustin, La Cité de Dieu

     

    Nabis, dernier tyran de Sparte (de -205 à -192), connu pour sa cruauté, aurait fait construire une statue de ce genre qu'il appelait « La reine Apega » (du nom de son épouse) à qui il livrait les citoyens réticents à payer leurs impôts.

     

    Du Moyen Âge au xviiie siècle

     

    On ne trouve aucune trace d'un tel instrument de torture dans les documents antérieurs à la fin du xviiie siècle.

     

    Il existe par contre beaucoup de récits postérieurs, basés sur des on-dit ou des légendes, qui relatent la présence de tels mécanismes :

     

    « La tradition rapporte qu'avant Henri II, il existait dans les souterrains du Château de Pau une statue nommée la vierge de fer, horrible machine dont les bras armés de poignards et ramenés violemment sur son sein, perçaient de mille coups le malheureux qu'on lui livrait. On ajoute que Marguerite de Navarre, indignée de cette cruauté, obtint de son époux la destruction de la vierge de fer, dont le souvenir vit encore comme un épouvantail dans la mémoire des habitants. »

     

    — Antoine Jean-Baptiste d'Aigueperse, Œuvres archéologiques et littéraires

     

    L'emploi par la comtesse Élisabeth Báthory (1560-1614) d'une vierge de fer, pour saigner ses victimes afin de prendre des bains dans leur sang, est une pure affabulation contemporaine. L'existence d'un tel instrument de torture n'est mentionnée nulle part et, s'agissant des bains de sang, « Cette accusation est absente des procès-verbaux et des correspondances » et n'est soutenue par aucune preuve, ni aucun témoin lors de son procès.

     

    Sans plus de preuves, la présence de vierges de fer dans de nombreux châteaux et prisons d'Europe a été avancée par des auteurs du xixe siècle :

     

    « En Angleterre, on se servait, à la tour de Londres, d'un instrument de torture appelé : la fille du balayeur (the scavenger's daughter) »

     

    — F. Nork, Les mœurs et usages des Allemands et des peuples voisins

     

    « Anciennement, il y avait en divers endroits, dans les prisons, un instrument pour les exécutions secrètes, qui avait la forme d'une femme. Être exécuté à l'aide de cet instrument, s'appelle « baiser la Vierge ». »

     

    « …on trouvait encore d'autres appareils semblables à Vienne, Salzbourg, Prague, Breslau, Dresde, Berlin, Wittenberg, Schwerin, Cologne, Mayence, Francfort, ainsi qu'en diverses villes des pays rhénans »

     

    — Georges Verdène, La torture, les supplices et les peines corporelles et afflictives dans la justice allemande

     

    Origine du mythe

     

    Les historiens ont établi que le mythe avait été créé en 1793 par le philosophe allemand Johann Philipp Siebenkees (1759-1796), à partir d'une prétendue mention figurant dans une chronique de Nuremberg datée du xvie siècle, stipulant l'érection dans cette ville d'une vierge de fer (eiserne jungfrau) qui déchirait les mécréants avec de petites épées, les morceaux de chair étant ensuite donnés en pâture aux poissons. Siebenkees s'est probablement inspiré des manteaux de la honte (Schandmantel) médiévaux, parfois appelés « vierges », qui étaient faits de bois parfois doublé d'étain, mais ne contenaient pas de pointes. Il s'agissait d'un moyen de punition, courant à partir du xiiie siècle, comparable dans ses effets au pilori. La version anglaise, plus tardive, de cet instrument était la cape d'ivrogne (Drunkards Cloak), également appelé manteau espagnol, constitué par un tonneau percé de trous qui servait à punir les ivrognes au xviiie siècle.

     

    À partir du xixe siècle

     

     
    Vierge de fer à la droite des instruments de torture
     

    La vierge de Nuremberg

     

    Le dispositif le plus célèbre est la vierge de fer de Nuremberg. On n'en trouve pas de trace avant 1802, elle a donc été fabriquée au xixe siècle sur la base de la légende créée par Siebenkees et se présentait ainsi :

     

    « …une machine en fer de sept pieds de haut représentant une femme costumée comme l'étaient les bourgeoises de Nuremberg au xvie siècle. L'ensemble se composait de barres et de cercles en fer recouverts d'une feuille de tôle peinte. On ouvrait la machine sur le devant au moyen de deux battants ou volets roulants sur des gonds placés aux deux côtés. À l'intérieur de ces battants et dans le creux de la tête dont la partie intérieure attenait au volet gauche étaient des pointes très aiguës ou poignards quadrangulaires. Il y en avait treize à hauteur du sein droit, huit de l'autre côté, deux à la tête destinés à percer les yeux. La victime enfermée dans cette machine subissait le supplice du « baiser de la vierge » (Jungfernkuss) »

     

    L'original a été détruit dans les bombardements alliés de Nuremberg de 1944 et début 1945. Une copie en avait été achetée en 1890 par J. Ichenhauser de Londres pour le comte de Shrewsbury avec d'autres instruments de torture. Elle a été présentée à l'exposition universelle de 1893 de Chicago avant d'entreprendre une tournée en Amérique. Cet exemplaire a été vendu aux enchères au début des années 1960 et est maintenant exposé au Musée de la criminalité au Moyen Âge de Rothenburg ob der Tauber en Allemagne.

     

    La Mater dolorosa de Madrid

     

    Un Français, ancien surveillant du palais de l'Inquisition de Madrid sous le règne de Joseph Bonaparte, (de 1808 à 1813), a raconté avec force détails en 1835 à Liège, avoir vu dans ledit palais une machine représentant la Vierge Marie et dénommée Mater dolorosa qui enserrait les accusés dans ses bras garnis de poignards pour obtenir leurs aveux. Ce récit, très marqué par le romantisme morbide de l'époque, est extrêmement suspect « Car aucun narrateur de l'inquisition n'a jamais dit un seul mot de l'emploi d'un instrument semblable, et l'officier français qui prit de force le Palais de l'inquisition de Madrid ne savait rien de cette mystérieuse Vierge décrite par le surveillant. »

     

    La vierge de fer de Bagdad

     

    Selon deux articles publiés par le magazine américain Time en 2003, on aurait retrouvé au siège de la fédération olympique d'Irak, une vierge de fer qui aurait été utilisée par Oudaï Hussein, le fils aîné du dictateur irakien Saddam Hussein, pour punir les athlètes aux performances insuffisantes.

     

    Article de Wikipedia

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    HISTOIRE DE LA POMPE A ESSENCE

    Publié le 02/08/2012 à 14:56 par floralia
    Histoire de la pompe à essence

    Pendant la première décennie du 20ième siècle, un nouveau type de consommateur est né – l’automobiliste.

    Le rêve de tous est de posséder une voiture.

     

      

    La pompe à essence vint rapidement répondre à ce besoin et la pompe à restriction fut la première à faire son apparition.Ce type de pompe fut créé afin de pouvoir offrir un service de proximité. Bientôt le concept se répand sur toutes les routes nationales du pays.Il devint commun de voir une pompe à essence voisine du magasin général, du bureau de poste.

    Les pompes visibles, 1915-1925 "Visible pumps"

     

    À la fin des années 1910, la pompe à essence visible fut inventée et fabriquée pour l’automobiliste méfiant.

     

    Les consommateurs voulaient voir la quantité exacte d’essence qu’on pompait dans leurs réservoirs. Ces pompes furent construites avec un grand cylindre de verre permettant de voir la quantité de gallons d’essence pompés, d’où le nom visible.

    Pendant que les stations-services évoluèrent, certaines devinrent de véritables chefs d’œuvre alliant architecture et couleurs spectaculaires.

    Qualifiées de pompes à essence les plus impressionnantes, ces pompes mesuraient jusqu’à 10 pieds de hauts et suscitent encore de nos jours l’admiration et la convoitise des collectionneurs.

     

     

    Les pompes à cadran,1925-1935 "clock-face pumps"

     

     

    À la fin des années 1920, les premières pompes à mesures mécanique furent introduites. Parmi les première on trouva les pompes à cadran. Elles furent appelées ainsi à cause de leur indicateur rond de quantité ressemblant à une horloge.

     

    Durant cette période les stations de remplissage, se modernise et deviennent de véritables stations-services.

     

    Elles furent introduites par les compagnies pétrolières pour faire face à la crise.

     

    Elles cherchent à s'enrichir en proposant des services tels que vérifier l’huile moteur, à remplir le radiateur d’antigel, gonfler les pneus et nettoyer le pare-brise ...

     

    Les pompes à cadrans symbolisent donc définitivement le début de la station-service.

     

    Dû à leur production limitée, les pompes à cadran sont rares et très recherchées des collectionneurs.

     

    Les pompes « art-déco » années 1930 "art-deco computing pumps"

     

     

    Durant les années 1930, la pompe à essence vient à maturité. La compagnie Veeder-Root invente « l’ordinateur » pour la pompe à essence et l’ère moderne de la distribution d’essence débute.

    Avec la venue des ordinateurs, les manufacturiers de pompe à essence commence à travailler l’esthétique des pompes. Le style art-déco est omniprésent à cette époque et plusieurs superbes modèles de pompe à essence furent fabriquées durant cette décennie.

    L’architecture particulière des stations-service se marie bien souvent au design des pompes à essence qui les accompagnent. L’amour des gens pour l’automobile s’épanouit et l’essence s’achète à prix modique – service inclus. L’apparence était tout ce qui importait dans les années 1930 et les pompes à essence de cette époque symbolisent clairement l’époque « art-déco » vécue en Amérique.

     

     

    Les pompes aérodynamiques-moderne, 1940-1955
    (Streamline moderne gas pumps)

      

    Même si la deuxième guerre mondiale gêne le développement de l’industrie pétrolière de cette époque, l’étoile Texaco, le coquillage Shell, la rose blanche de Canadian Oil Companies, la feuille d’érable de Supertest et tout les autres logos des compagnies pétrolières sont des symboles reconnus pour leur qualité.

     

    Après la guerre, les pompes à essence et les automobiles vivent l’influence notable de l’industrie aéronautique de l’époque. Le style aérodynamique-moderne est à la mode et donne aux stations-service et pompes à essence une image et rapidité et d’efficacité.

    Cette époque fut la période de gloire des stations-service.

     

     

     

     

     Les enseignes émaillés étaient utilisées en abondance.

     

    Avec une industrie automobile maintenant florissante, la consommation d’essence vit un engouement sans précédent. Une visite à la station-service locale était un voyage en soi, un rituel social que personne ne déclinait.

     

     

    La pompe à essence de cette époque est maintenant devenue un icône du paysage d’hier.

     

     

     

    de: Floraliacenterblog.net
     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Karnak : découverte de superbes statuettes

    égyptiennes au temple de Ptah

     

     

    Le Centre franco-égyptien d'étude des temples de Karnak (CNRS, ministère des Antiquités d'Égypte) vient d'achever la fouille d'une favissa, une fosse découverte début décembre à proximité du temple du dieu Ptah, sur le site de Karnak, en Égypte. Le dégagement de la fosse a livré 38 statues, statuettes et objets précieux. Ce dépôt statuaire est exceptionnel, tant en raison de la quantité que de la qualité des objets de culte mis au jour. La méthode inédite d'enregistrement utilisée au cours de la fouille a permis de restituer virtuellement chaque étape de la découverte des statues avec une précision millimétrique.

     

     
     

    Parmi les somptueux objets sortis de terre, figure une statuette en pierre représentant la déesse Mout assise, consacrée par un certain Nespaoutytaouy, père divin et prêtre d’Amon-Rê. © CFEETK, CNRS

    Parmi les somptueux objets sortis de terre, figure une statuette en pierre représentant la déesse Mout assise, consacrée par un certain Nespaoutytaouy, père divin et prêtre d’Amon-Rê. © CFEETK, CNRS

     
     

    Le Centre franco-égyptien d'étude des temples de Karnak (Cfeetk) a été créé par le CNRS et le ministère des Antiquités d'Égypte pour étudier et restaurer le domaine d'Amon-Rê à Karnak (Louqsor). Depuis octobre 2008, un programme d'étude interdisciplinaire est mené sur le temple de Ptah, situé en limite septentrionale du temple d'Amon-Rê, en Égypte. Construit sous le règne de Thoutmosis III (env. 1479-1424 av. J.-C.), au cours de l'Égypte antique, ce temple a été restauré, agrandi et aménagé jusqu'au règne de l'empereur Tibère (14-37 ap. J.-C.). Il est consacré au dieu Ptah, divinité associée à la ville de Memphis.

     

    Le programme est entré dans sa deuxième phase et se concentre sur l'archéologie. Des fouilles ont récemment mis en évidence une favissa, une fosse ayant servi de dépôt pour des objets de culte, située deux mètres à l'arrière du temple. Les archéologues du Cfeetk y ont trouvé 38 statues, statuettes et objets précieux en calcaire, grauwacke, alliage cuivreux et fritte égyptienne, parfois recouverts d'or.

     

    Un dépôt statutaire datant de la 25e dynastie égyptienne

     

    Parmi ces objets cultuels qui étaient disposés autour de la partie inférieure d'une statue du dieu Ptah assis, se trouvent notamment :

     

    • 14 statues, statuettes et figurines d'Osiris ;
    • 3 statuettes de babouin ;
    • 2 statuettes représentant la déesse Mout, dont une couverte d'inscriptions hiéroglyphiques ;
    • 1 tête et 1 statuette fragmentaire de chatte (Bastet) ;
    • 2 bases de statuettes non identifiées ;
    • 1 plaquette et la partie supérieure d'une petite stèle portant le nom du dieu Ptah ;
    • plusieurs éléments d'appliques statuaires (iris, cornée, barbe postiche, coiffes, etc.).

     

    Une statuette de belle qualité (voir la vidéo ci-dessous) représentant un sphinx au corps de lion en position accroupie sur un socle rectangulaire anépigraphe figure parmi les plus belles trouvailles. La tête humaine porte le némès traditionnel (coiffe emblématique des pharaons) retenu sur le front par un bandeau horizontal sur lequel apparaît un uraeus (cobra femelle qui a pour fonction de protéger le pharaon contre ses ennemis). La statuette est complète, à l’exception du nez qui semble avoir disparu durant l’Antiquité.

     


    Une statuette de sphinx en calcaire blanc de petite dimension (l. : 50 cm ; L. 20 cm ; h : 30 cm) était disposée debout dans une fosse à l’arrière du temple de Ptah. © CNRS-CFEEETK, Kévin GUADAGNINI (MAEDI), YouTube

     

    La patte avant gauche, cassée, a été retrouvée positionnée sur la patte avant droite du sphinx et contre le bord de la fosse. Aucune inscription n’est visible à ce stade mais la restauration du sphinx débute seulement. L’œuvre semble être une réalisation tardive. L’étude des céramiques provenant de la fosse et des indices stylistiques devraient permettre de proposer une datation plus précise.

     

    Une petite tête de statue représentant probablement le dieu Imhotep a également été découverte dans la partie supérieure de la fosse tandis qu'une stèle votive fragmentaire a été trouvée en marge. D'après le matériel céramique trouvé dans cette fosse et les données épigraphiques, le dépôt statuaire remonterait aux VIIIe-VIIe siècles avant l'ère chrétienne, période à laquelle émerge la 25edynastie égyptienne.

     

    Une fouille reconstituée virtuellement en images

    de synthèse

     

    De par son ampleur et sa qualité, ce type de découvertes reste rare en Egypte. Une nouveauté vient par ailleurs renforcer son aspect exceptionnel : il s'agit de la méthode d'enregistrement utilisée au cours de la fouille. L'excavation des objets a en effet été documentée par un topographespécialisé en archéologie, qui a réalisé une succession de reconstitutions photogrammétriques par corrélation dense d'images depuis l'apparition du premier objet jusqu'à l'enlèvement complet des statues.

     

    Les archéologues au mois de décembre 2014, en plein travail à l’est du temple de Ptah à Karnak. Ils déterrent des objets jetés pêle-mêle dans une fosse, autour de la partie inférieure d’une statue en calcaire du dieu Ptah. © CFEETK, CNRS
    Les archéologues au mois de décembre 2014, en plein travail à l’est du temple de Ptah à Karnak. Ils déterrent des objets jetés pêle-mêle dans une fosse, autour de la partie inférieure d’une statue en calcaire du dieu Ptah. © CFEETK, CNRS

     

    Cette technique consiste à compiler, à l'aide de logiciels spécialisés, des centaines dephotographies prises sur le terrain pour restituer virtuellement en trois dimensions chaque étape de la découverte des statues. L'association de ces reconstitutions photogrammétriques avec des points topographiques très précis – à quelques millimètres près – donne la possibilité de localiser tous les objets a posteriori, d'étudier leur disposition en détail mais aussi de générer la vidéo de la totalité du dégagement de la fosse. Comme il est nécessaire d'enlever les objets du site de fouille très rapidement en raison de leur valeur, cette méthode permet une conservation optimale des données sur le site tel qu'il a été découvert.

     

    Tous les objets découverts sont en cours de restauration dans le laboratoire du Cfeetk. La fouille se poursuit et pourrait apporter des données supplémentaires permettant de mieux comprendre l'organisation des abords du temple de Ptah et la raison du creusement de cette exceptionnelle favissa.

    Histoire Ancienne:  Karnak : découverte de superbes statuettes égyptiennes au temple de Ptah + vidéo

    Pin It

    votre commentaire
  • 10 février 1763

    La France renonce à Québec

     

     

    Le 10 février 1763, par le traité de Paris, la France met fin à la guerre de Sept Ans avec l'Angleterre, l'Espagne et le Portugal.

    Camille Vignolle

    La France évincée de l'outre-mer

    Le traité est négocié au nom du roi Louis XV par le Premier ministre, le duc Étienne de Choiseul. Il se solde par la quasi-disparition du premier empire colonial français.

     Perte de la Nouvelle-France

    La présence française en Amérique du Nord avait commencé de se racornir avec le traité d'Utrecht de 1713 et la cession de l'Acadie à l'Angleterre ; cette colonie nord-américaine allait plus tard donner naissance aux provinces de Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick. Lors du traité d'Utrecht, la France avait perdu aussi ses bases de pêche de Terre-Neuve et les territoires de la baie d'Hudson, très riches en fourrures, malgré les exploits réalisés par le Canadien Pierre Le Moyne d'Iberville et ses frères pour conserver ces territoires à la France.

    Avec le traité de Paris de 1763, la France cède cette fois à son ennemie la Nouvelle-France, principale implantation française en Amérique du Nord. Le roi George III la débaptise par la Proclamation royale du 7 octobre 1763 et elle devient officiellement « The Province of Quebec ». La France ne conserve dans le golfe du Saint-Laurent que le petit archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, dédié à la pêche à la morue.

    Le sacrifice de Montcalm devant la ville de Québec est passé par pertes et profits.

    – Perte de la Louisiane

    Un an avant le traité de Paris, la France avait secrètement cédé à l'Espagne la Louisiane occidentale, c'est-à-dire la rive droite du Mississippi (jusqu'aux Montagnes Rocheuses) ainsi que La Nouvelle-Orléans. Il s'agissait pour Paris d'offrir une compensation à son alliée malencontreusement entraînée dans la guerre de Sept Ans.

    Par le traité de Paris, la France cède à l'Angleterre ce qui lui reste de la Louisiane, autrement dit la rive gauche du Mississippi. Elle ne conserve plus dès lors en Amérique du nord que le petit archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon.

    Notons que l'Espagne restituera la Louisiane occidentale à la France en 1800. Trois ans plus tard, ce vaste territoire fera l'objet du « Louisiana Purchase » entre Napoléon Bonaparte et Thomas Jefferson. Il est maintenant recouvert par treize États des États-Unis.

    – Les Indes orientales

    Aux Indes, la France cède à l'Angleterre la quasi-totalité de ses possessions. Elle conserve tout juste cinq comptoirs qui feront rêver des générations d'écoliers : Pondichéry, Chandernagor, Yanaon, Karikal et Mahé. Triste épilogue de la brillante entreprise diplomatique de Dupleix.

    – Îles et comptoirs

    La France récupère Belle-Île ainsi que la Martinique, la Guadeloupe et ses comptoirs d'Afrique (Saint-Louis du Sénégal, Fort-Dauphin de Madagascar...).

    Elle conserve surtout Saint-Domingue (aujourd'hui Haïti). C'est la seule colonie à laquelle tiennent les bourgeois de l'époque, y compris les « philosophes », en raison des riches plantations de sucre où travaillent les esclaves (l'île deviendra indépendante 40 ans plus tard).

    Commentaires hasardeux

    À propos du traité, Voltaire écrit au ministre Choiseul : « Je suis comme le public : j'aime mieux la paix que le Canada et je crois que la France peut être heureuse sans Québec ». Avec beaucoup de mépris et bien peu de clairvoyance, l'illustre « philosophe » évoquera plus tard dans Candide ces « quelques arpents de neige vers le Canada ».

    Le ministre, qui devait s'illustrer par la suite en achetant la Corse, affiche une opinion similaire et pense « ...qu'une colonie ne vaut que pour le gain qu'elle procure à la métropole ».

    Jean-Jacques Rousseau, quant à lui, écrit dans une lettre adressée à son ami Diderot : « Il est regrettable que nous n'ayons pu continuer de vivre en communauté avec ces sauvages, car sans doute nous eussent-ils enseigné ces vertus que j'ai vainement recherchées auprès de ceux que les conventions et l'usage me contraignent de nommer des hommes civilisés. »

    Le traité de Hubertsbourg

    Le 15 février 1763, c'est au tour de la Prusse et de l'Autriche de signer la paix à Hubertsbourg, en Saxe. Le traité reconnaît au roi de Prusse Frédéric II la possession définitive de la Silésie (cela en violation de toutes les règles antérieures de la diplomatie européenne, le roi n'ayant aucun droit dynastique sur la province).

    À l'issue de la guerre de Sept Ans, dont on peut dire qu'elle est la première guerre mondiale car elle s'est déroulée sur tous les continents, la Prusse devient ainsi le principal État allemand et l'Angleterre la première puissance coloniale. Les traités de 1763 dessinent pour un siècle et demi le paysage de l'Europe.

    L'âge d'or de la Marine royale

    Le recul colonial de la France au XVIIIe siècle a tenu à l'affaiblissement progressif de sa marine. Vers 1680, la France de Louis XIV pouvait aligner, grâce à Colbert et son fils Seigneulay, une flotte de guerre d'environ 200 navires, sans compter la flotte marchande. Ce fut l'âge d'or de la « Royale ». Elle faisait la loi sur les océans et les mers avoisinant son territoire et soutenait un empire colonial qui se développait régulièrement.

    Cinquante ans plus tard, la France ne dispose déjà plus que d'une flotte de guerre de 50 à 80 navires tandis que la Navy britannique compte 200 unités. C'est le résultat du désintérêt porté à la guerre maritime et du recentrage de l'effort militaire sur la guerre continentale. C'est aussi le résultat du traité de La Haye avec l'Angleterre négocié par l'abbé Dubois en 1718, sous la Régence. Cette politique pacifiste a été poursuivie à la majorité du roi Louis XV par son Premier ministre, le cardinal Fleury.

    Sur mer, en l'absence de guerre déclarée, la rivalité franco-anglaise se traduit par la guerre de course, mais les corsaires français, à l'exception de figures légendaires comme René Duguay-Trouin, sont bien en peine de suppléer aux insuffisances de la « Royale ».

    Lorsqu'éclate la guerre de Sept Ans, la Grande-Bretagne compense ses faiblesses militaires en tirant parti de sa supériorité navale. Celle-ci lui permet d'envoyer au Canada des troupes relativement nombreuses pour attaquer les unités françaises. C'est ainsi que survient le désastreux traité de Paris. Dans les années qui suivent, les responsables de la marine française tentent de se ressaisir, notamment avec le plan de réforme de 1763 du comte Charles-Henri d'Estaing. Sous les ordres de l'amiral de Grasse, la « Royale » allait s'illustrer vingt ans plus tard dans le soutien aux insurgés américains. Leur indépendance apparaît comme une revanche sur le traité de Paris.

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    24 moments emblématiques de l'histoire

    vus sous un autre angle

     

     

    Arnaud 
     
     
     

    Le plus drôle dans l'histoire, c'est que tout est une question de points de vues. Il y a bien bien entendu des extraits et des morceaux de vérité, mais le plus souvent selon un point de vue particulier, qui ne reflète qu'une petite partie de ce qui est réellement arrivé.

     

    Ainsi, alors que vous pouvez penser que vous êtes incollable sur un évènement particulier, il y aura toujours quelque chose de nouveau et inconnue jusqu'à présent qui changera votre perception sur ce sujet précis. 

     

    Prenez ces moments emblématiques de l'histoire, par exemple. Nous les avons vus à la télévision, admirés leurs photos dans les livres d'histoire, sans doute même lus à leur sujet dans les infos, mais a-t-on jamais "vécu" ces évènements d'un autre point de vue ? Si vous pensiez avoir tout vu, vous êtes carrément à côté de la plaque...

     

     

    1.L'enregistrement du lion MGM en 1929

    MGM ( Metro Goldwyn Mayer), la fameuse société de production dont le logo est le lion rugissant !

    imgur.com

     

     

    2.La construction de la Statue de la Liberté à Paris en 1884

    Et oui, la Statut de la Liberté n'a pas été crée à New York, mais bien en France, à Paris avant de la livrer à New York.

    imgur.com
     
     

    3.La Norvège reçoit sa première livraison de bananes en 1905

    La cargaison pesait 3 tonnes et avait été importé par Christian Mathiessen, le fondateur de l’entreprise Bama qui deviendra le plus gros importateur de fruits et légumes de Norvège.

    i.imgur.com
     
     

    4.Le retour du barrage Hoover avant qu'il ne soit rempli d'eau en 1936

    Situé à 50 km au Sud-Est de Las Vegas, sa construction a démarré en 1931 et son exploitation industrielle cinq ans plus tard en 1936.

    i.imgur.com
     
     

    5.Les derniers prisonniers d'Alcatraz partants en 1963

    arpeggia.tumblr.com
     
     

    6.Vue aérienne de la finale de la première Coupe du Monde de

    football en 1930

    twitter.com
     
     

    7.Le signe iconique d'Hollywood quand il a été installé en 1923

    Comme vous avez pu le remarquer, la partie "LAND" n'est plus là : il a été enlevé en 1949.

    imgur.com
     
     

    8.La foule attendant lors de la journée d'ouverture de Disneyland,

    le 17 juillet 1955

    imgur.com
     
     

    9.Andy Warhol achète sa fameuse "Campbell's soup" en 1965

    Ces boites à Soupe, crées par le peintre Andy Warhol, sont considérées comme des véritables œuvres d'art.

    twitter.com
     
     

    10.Les survivants du Titanic montent à bord du Carpathia en 1912

    imgur.com
     
     

    11.L'équipage d'Apollo 11 savoure son petit déjeuner avant de

    s'envoler pour la Lune en 1969

    Le petit déj le plus angoissant de leur vie !

    boston.com
     
     

    12.Une vue de derrière pour le discours de JFK "Ich bin ein Berliner" en 1963

    Ce discours, qui avait pour but de soutenir les habitants de l'Allemagne de l'Ouest, est considéré comme l'un des meilleurs de John Fitzgerald Kennedy.

     
     

    13.La Suède change sa façon de conduire en passant de gauche à

    droite en 1967

    twitter.com
     

    14.Le tournage de "Batman" en 1966

    lazypenguins.com
     

    15.Un agent fédéral inspecte un camion après avoir senti l'alcool

    pendant la prohibition en 1926

    Le gouvernement américain empoisonnait l'alcool durant la prohibition, causant 10 000 morts.

    twitter.com
     

    16.Une photo perdue de la Cour Suprême en 1932

    Seules deux photos existent encore...

    slate.com
     

    17.Le trafic du pont du Golden Gate juste après son ouverture en 1937

    Il n'a pas fallu longtemps pour voir le Golden Gate sollicité...

    i.imgur.com
     

    18.L'iceberg qui aurait coulé le Titanic en 1912

    imgur.com
     

    19.Les Beatles vus de haut en 1965

    imgur.com
     

    20.La réaction des gens suite à la tragique nouvelle qu'est l'explosion

    de la navette Challenger le 28 Janvier 1986

    La navette Challenger se désintégra 73 secondes après son décollage, provoquant la mort des sept astronautes présents à l'intérieur.

    historicaltimes.tumblr.com
     

    21.La sculpture George Washington sur le Mont Rushmore en 1932

    C'est dans ce mont qu'est situé le mémorial national retraçant 150 années de l'histoire des Etats-Unis

    commons.wikimedia.org
     

    22.Les troupes allemandes et anglaises mettent leurs différents de côté

    le temps d'un Noël, en 1914

    Sans doute le plus beau moment de la première guerre mondiale...

    twitter.com
     

    23.Au sommet de l'Empire State Building pour son inauguration

    twitter.com
     

    24.La performance de Marilyn Monroe pour les troupes américaines

    stationnées en Corée en 1954

    i.imgur.com

     

    Histoire:  24 moments emblématiques de l'histoire vus sous un autre angle

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique