• Livre à Lire: Mesrine le tueur de Percé

     

    Livre à Lire:  Mesrine le tueur de Percé

     

    Auteur:  Fortin, Clément

    Mesrine (1), le tueur de percé : une fraude judiciaire.  Wilson & Lafleur, 2012, 421 p.  

    Le docu-roman a fait sa sortie officielle le 13 novembre dernier aux éditions Wilson & Lafleur.

     

    Livre à Lire:  Mesrine le tueur de Percé

     

    Livre à Lire:  Mesrine le tueur de Percé

    Ici avec Janou

     

    texte de Francine Léveillée Lett

      

    J'ai récemment lu ce livre et j'aimerais vous donner mes impressions personnelles.  Je ne vais pas tout relater l'histoire - c'est à vous de le lire. 

     

    Tant qu'à la culpabilité de Mesrine sur le meurtre de Percé - il est difficile de donner une opinion ferme.

     

    Ce livre relate le passage de Mesrine et sa compagne Jeanne Schneider qu'il appelle tendrement Janou au Québec en 1968.  Ceci se passe après l'Exposition Universelle de Montréal de 1967 où Mesrine aurait fait partie des maquettistes du Pavilion de la France.

     

    La partie la plus volumineuse du livre relate surtout du procès de ceux-ci à Montmagny en 1971 avec pour avocat de la défense le célèbre criminaliste Me Raymond Daoust (2).  Il est reconnu pour n'avoir jamais perdu ses causes.

     

    Livre à Lire:  Mesrine le tueur de Percé

     

     

    On les retrouvent tous les deux travaillant dans diverses sphères et notamment chez un riche résidant au Mont-St-Hilaire.

    Ils le kidnappent à l'aide d'un troisième comparse.  Ils le droguent afin de pouvoir sortir manger et lorsqu'ils reviennent celui-ci a réussi malgré son infirmité à s'habiller et s'enfuir.  Ils alertent les policiers de Montréal.

     

    Entre-temps ceux-ci déguerpissent de la ville de Montréal et se promènent dans la Province de Québec.  Ils se dirigent en train jusqu'à Percé.  Ils louent une cabine pendant quelques jours dans le motel d'Évelyne Le Bouthillier.  Ils repartent et avisent Évelyne de leur retour dans quelques jours.

     

    Ils sont retournés à Montréal où Mesrime aurait fait coupé sa célèbre moustache.  Durant le procès il y aura des mésententes sur la date de cette coupe.

     

    Ils ont aussi séjourné dans la Ville de Québec et sont retournés à Percé où Mesrine voulait prendre un bateau.  Ils ont été vus dans un bar à Percé.

     

    Ils auraient téléphoné à Évelyne afin de louer une cabine le soir de leur retour.  

    Évelyne a été retrouvée morte le lendemain de leur apparition mais ceux-ci n'ont jamais loué de cabine.

     

    Que s'est-il passé?  Ont-ils été voir Évelyne et l'ont tués pour son argent puisque la victime devait le lendemain se présenter à la banque pour faire son dépôt.

     

    Le livre relate beaucoup des échanges au cours du procès.  

    Me Daoust réussit très bien à mettre le doute dans la tête des jurés.  Il est féroce avec les témoins et démolit facilement leur témoignage.

     

    Mesrine verbalise beaucoup au cours du procès et fait beaucoup de simagrées (3) aux jurés.

     

    Livre à Lire:  Mesrine le tueur de Percé

     

    Ce procès est une farce magistrale et ridiculise très bien le système judiciaire du Québec ainsi que ses policiers.

     

    Mon opinion personnelle est que Mesrine était coupable mais les jurés ont crû à ses pitreries et son témoignage.

     

    Au cours du procès on a fait beaucoup mention d'une histoire passée il a quelques années où on a pendu Coffin, dont un livre a paru sous 'J'accuse les Assassins de Coffin' de Jacques Hébert.

     

    Il faut se souvenir qu'en 1971 la pendaison existait au Canada et Mesrine ne voulait pas finir de cette manière.

     

    Il faut aussi noter que le juge de ce procès était le même qui a fait partie du procès de Coffin.  Le juge devait être très malaise à l'effet que ce procès était mentionné à plusieurs reprises - surtout par Mesrine et Jeanne.

     

    Voici quelques notes sur Mesrine et Me Raymond Daoust.  

     

    (1) Jacques Mesrine

    Jacques Mesrine [meʀin, mɛsʀin], né le 28 décembre 1936 à Clichy-La-Garenne et mort à 42 ans le 2 novembre 1979 à la porte de Clignancourt à Paris, est un criminel français ayant opéré principalement en France mais aussi au Québec, en Espagne et une fois en Suisse, en Italie et en Belgique à Bruxelles. Il est surnommé « L'homme aux mille visages » ou, à tort de son propre aveu, « le Robin des Bois français ». Par ailleurs, il se donnera lui-même le surnom de « Le Grand ». Déclaré « ennemi public numéro un » au début des années 1970, il est notamment connu, en France, pour des braquages médiatisés et pour ses évasions.

     

    (2) Raymond Daoust

    Livre à Lire:  Mesrine le tueur de Percé

     

    Le nom de ce criminaliste fut immortalisé au cours du 20ème siècle pour son éloquence en tend que plaideur mais aussi pour son association avec le crime organisé.  Quoiqu’en disent certains de ses défenseurs, Me Daoust reste connu comme l’avocat de la mafia.

     

    Né à Valleyfield le 14 mai 1923, Raymond Daoust avait un frère et deux sœurs.  Son père, qui trempait dans le milieu de l’alcool illégal, aurait quitté le foyer familial alors que le jeune garçon n’était âgé que de 10 ans.  Pris au piège dans un milieu très modeste, il décida de s’investir à fond dans les études pour obtenir une chance de s’en sortir et de pouvoir aider sa famille.  Refusé dans toutes les universités francophones, il sera néanmoins accepté à l’Université McGill en raison de ses talents.  Éternellement reconnaissant envers cette université anglophone, il lui accordera plus tard son soutien par de généreuses contributions financières.

     

    Au début des années 1980, la réalité rattrapa Raymond Daoust après toutes ces années d’acharnement au travail et de vacances teintées de débauche.  Atteint du diabète, duquel il ne s’était jamais soucié, son état se dégrada.  Suite à un coup de pied dans une porte gelée par les caprices de l’hiver, une légère fracture s’infecta rapidement pour aboutir à la gangrène.  On lui amputera d’abord un pied, puis la jambe.  Devant cet échec cuisant, il s’isola presque complètement.

     

    Il s’éteignit finalement d’une crise cardiaque découlant d’une crise d’hypoglycémie le 20 juillet 1983.  Il avait seulement 60 ans.

     

    (3) Simagrées

    • Comédie pour attirer l'attention ou pour tromper : Simagrées ridicules.

     

     

    Je vous remercie de me lire et de vos bons commentaires.  

    Livre à Lire:  Mesrine le tueur de Percé

    Pin It

  • Commentaires

    2
    laurent
    Mercredi 25 Octobre à 21:55

    Vous devriez lire le livre qu'a écrit Mesrine " l'instinct de mort".

    Vous écrivez que vous le pensez coupable de ce meurtre mais je ne le pense pas. Ce type avait une colère profonde contre l'injustice et ce qu'il écrit au sujet de cette affaire est très passionné. Je pense vraiment que vous faîtes erreur. C'est dommage de salir ainsi la mémoire de cet homme.

      • Jeudi 2 Novembre à 13:55

        Laurent pour votre commentaire mais

        je ne crois pas que Mesrine était ce que vous

        croyez être :

        Voici ce que je viens de trouver sur le site Éphéméride du Jour:

        1979 : L'ennemi public numéro un en France, Jacques Mesrine,

        meurt criblé de balles à Paris dans sa

        voiture prise dans l'embouteillage provoqué par sept

        tireurs d'élite et un barrage de 50 policiers. Ainsi prend fin la

        carrière criminelle,

        marquée de hold-up, d'enlèvements, de meurtres et d'évasions,

        de celui qui a longtemps fait la une des journaux...

         

        donc il était un bandit notaire et non un héros comme

        vous le pensez.

        Bonne journée et bisous de

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :