• Matière à Réflexion: Esthétique européenne : Le Serment des Horaces, de Jacques-Louis David (1785)

     

    Esthétique européenne : Le Serment des Horaces, de Jacques-Louis David (1785)

    Esthétique européenne : Le Serment des Horaces, de Jacques-Louis David (1785)

     
     

    L’Histoire romaine de Tite-Live et les Viris illustribus d’Aurelius Victor nous narrent le combat de trois frères romains contre trois frères albains.

    L’épisode se situe au milieu du VIIe s. av. J.-C., sous le règne de Tullus Hostilius, troisième roi de Rome. La cité est alors en conflit contre celle d’Albe-la-Longue, pour mettre un terme aux hostilités, les autorités décident que trois héros de chaque camp s’affronteront dans un combat à mort.

    Les Romains choisissent les Horaces et les Albains les Curiaces. Seul Publius Horatius survivra, et tuera l’une de ses sœurs en rentrant chez lui, la voyant pleurer l’un des Curiaces, son époux. Il sera jugé pour crime par l’assemblée du peuple, mais saura se défendre en arguant que nul Romain ne devrait pleurer un ennemi de Rome, surtout quand la personne devrait pleurer deux de ses frères et remercier Mars de la survie du troisième. Son père, de plus, supplia l’assemblée de ne pas lui retirer son dernier fils et un quatrième enfant. Le père devra alors purifier sa famille par des rituels et son fils sera condamné à passer sous le joug afin de lui rappeler qu’il doit agir suivant les lois de Rome, qui interdisent le meurtre entre membres d’une même famille, mais acquitté de la peine de mort pour la moralité de son geste.

    Nous sommes ici en plein néo-classicisme : peinture d’histoire, message moral austère, thème antique et couleurs primaires au premier plan, suivant l’exemple du Poussin, peintre le plus estimé alors en France. L’architecture du fond, du classicisme le plus simple, découpe la scène en trois parties. Elle est d’ordre dorique, l’ordre mâle. Le groupe viril de droite s’oppose à la coulée molle des femmes, tandis qu’au milieu prend place le pater familias invoquant le Ciel face au salut romain de ses trois fils. Ce manifeste du néo-classicisme rompt avec l’esthétique mouvementée et sensuelle du moment, au profit d’une simplicité et d’une froideur masculines. Dans quelques années éclatera la Révolution qui, dans ses tendances les plus extrêmes, auxquelles David adhérera, marquera une volonté de retour aux temps de la monarchie spartiate ou de la république romaine, de patriotisme exalté et de cruauté morale.

    Gaspard Valènt, pour le SOCLE. Source : lesocle.hautetfort.com

     

    Le Serment des Horaces, de Jacques-Louis David (1785)

     

    Matière à Réflexion:  Esthétique européenne : Le Serment des Horaces, de Jacques-Louis David (1785)

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :