• Photos villes du monde 2....Flavigny-sur-Ozerain, l'harmonie gourmande

    Flavigny-sur-Ozerain, l'harmonie gourmande

    Par Dominique Roger - Hugues Derouard - Mélanie des Monstiers
     

    Ce petit village médiéval perpétue depuis plus 500 ans la même recette de bonbons ronds anisés, il n’a de cesse de nous laisser croire que la gourmandise est une vertu.

    det_hs_village_13_flavigny_fli_daniel_jolivet2.jpgUne étendue de toits bruns au milieu des feuillus, un rêve de campagne ?

    C'est l'histoire d'un village situé entre Chablis et Dijon, perché sur une colline cerclée de bocages, de pentes boisées et de vignes... La force du rayonnement spirituel de Flavigny-sur-Ozerain, lui conféra, jusqu’au XIXe siècle, attractivité et richesse.

    Un beau village installé au sommet d'une colline boisée.

    L'Anis de Flavigny

    Au nord de la Côte-d'Or, à proximité de l'antique Alésia, un doux parfum embaume le paysage vallonné... un doux parfum qui nous mène au sommet d'une colline, au coeur du village médiéval de Flavigny-sur-Ozerain. Mais quelle est donc cette odeur envoûtante ?

    Une mystérieuse potion ancestrale à base de graine d'anis vert, de sirop de sucre et d'arômes naturels, qui se transforme en « un bonbon blanc, dur et rond comme un petit pois » : l’Anis de Flavigny.

    det_hs_village_13_fli_is_compo.jpg1. Voici le lieu où sont produits les fameux "Anis de Flavigny". Ces petites friandises étaient appréciées par Louis XIV et Madame de Sévigné, Madame de Pompadour et la comtesse de Ségur.
    2. L'église de Saint-Genest (XIIIe siècle) est un lieu de rassemblement des agriculteurs et producteurs locaux regroupés en association, qui préparent là de bons petits plats et vous serviront un verre de leur cuvée. Cette église a intégré les éléments romans du sanctuaire précédent dans son architecture.

    « Un bien bon bonbon » parfumé à l’anis ou au cassis, au citron, à la fleur d’oranger, au gingembre, à la mandarine, à la menthe, à la réglisse, à la rose ou à la violette, fabriqué depuis plus de 500 ans par les dragéistes dans l’antre de l’abbaye Saint-Pierre. Une chose est sûre, sans les détenteurs de ce savoir-faire ancestral, Flavigny ne serait pas tout à fait le même.

    Plus qu'une simple friandise, l'Anis de Flavigny raconte l'histoire du village au fil du temps.

    L'histoire du villeage

    L'époque gallo-romaine

    En 52 avant Jésus-Christ : Alésia est alors le théâtre d'un siège et d'une bataille opposant l'armée romaine de Jules César à la coalition gauloise menée par Vercingétorix. César dresse un campement sur le site actuel, et y installe le général romain Flavinius qui donnera son nom à la cité (Flaviniacum). L'histoire raconte ensuite que les premières graines d'anis avaient été apportées par le César pour soigner les maux de ses troupes.

    La fondation de l'abbaye

    En 719, le seigneur burgonde Widerad fonde l'imposante abbaye bénédictine, où les moines se lancent dans la fabrication des premières dragées à l'anis. Le temps passe... et la frabrication perdure. Après la Révolution française, huit confiseurs appliquent la recette originelle, puis au début du XIXe siècle, le pharmacien Galimard achète les boutiques concurrentes et établit son unique fabrique dans l'abbaye. Depuis 2009 la maison Troubat a pris le relais et perpétue la tradition dans les mêmes conditions.

    Notre conseil

    Avant de quitter l'atelier de dragéification de l'abbaye : faites un tour dans la superbe crypte carolingienne Sainte-Reine, l'une des plus jolies de Bourgogne.

    Berçeau de tisserands de laine et de soie

    Flavigny a longtemps été le berceau de tisserands de laine et de soie, de tanneurs de chanvre, de potiers d’étain et de verriers. En arpentant les étroites ruelles, vous passerez devant une ancienne draperie, près de l’abbaye, où l’on tissait la laine marron des moutons burels servant à confectionner la bure des moines.

    Par ailleurs, la maison des Arts textiles et du Design, dans la rue Voltaire, permet de balayer plusieurs pans de ce passé artisanal. Demandez aux habitants quelle est la plus belle maison du village et ils vous répondront en chœur « la maison au Loup ! », une belle maison du XIIIe siècle qui a conservé ses fenêtres médiévales et renferme une vierge bourguignonne classée.

    Là, en levant les yeux au ciel, vous apercevrez une sculpture originelle représentant un lynx dévorant un mouton. Juste à côté, la maison au Donataire est une ancienne maison de marchand d’époque Renaissance qui doit son nom à la statue nichée dans sa façade ; elle abrite dorénavant un centre d’information.

    Les fortifications de la cité

    La porte du Val, la Poterne et la porte du Bourg ont été édifiées à partir du XIIe siècle ; la plupart des maisons, quant à elles, datent du XVe et XVIe siècle, bien que leur structure a quelque peu été modifiée au cours du XVIIe siècle par d’influents notaires, médecins, avocats et commerçants.

    det_hs_village_13_flavignye_fli_daniel_jolivet.jpgFlavigny, à 421 mètres d'altitude, occupe une position dominante qui fit de lui un refuge idéal, comme le montrent ses portes fortifiées et son enceinte protectrice.

    Ensuite, au XIXe siècle, l’évolution agricole et viticole de la région a marqué à la fois le paysage et son architecture, avec l’apparition de maisons vigneronnes. Pourtant, malgré toutes ces transformations, Flavigny a su préserver une certaine harmonie en termes d’architecture.

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :