Morgan Spurlock était devenu célèbre en 2004 après avoir mangé pendant trente jours consécutifs matin, midi et soir, chez McDonald's et pour en avoir fait un film au succès mondial, Super Size Me. À l'époque, avec ce régime MacMuffin, Big Mac, Royal Cheese, frites et Coca-Cola, le jeune homme avait pris 11 kilos et avait souffert de problèmes de santé (migraines, problèmes de foie, perte totale de la libido...). Une initiative extrême pour dénoncer les dangers de la restauration rapide, notamment l'obésité. Un problème toujours d'actualité puisqu'en 2016, 38% des adultes et 17% des adolescents sont obèses aux États-Unis.

 

Mais, aujourd'hui, le cinéma, c'est fini pour Morgan Spurlock . À 46 ans, c'est le business qui l'intéresse. Et pas n'importe lequel : l'ouverture de son propre fast-food, Holy Chicken, à Columbus (Ohio), est prévue ce samedi 19 novembre. Néanmoins, point d'ironie de l'histoire ici ou de quelconque retour en arrière : son établissement sera healthy ou ne sera pas. Zoom sur une initiative dans l'ère du temps.

 

Holy Chicken : certifié 100 % naturel

Morgan Spurlock dit vouloir faire évoluer le modèle américain de restauration rapide.

« Tout dans la nourriture est fait et est certifié par notre intégrité et notre transparence, y compris la viabilité de notre projet dans la mesure où nous élevons nos propres poulets », a déclaré Morgan Spurlock à IndieWire, un média américain en ligne, ce lundi 14 novembre.
« La nourriture n'est pas seulement sans hormone, elle est aussi sans antibiotique, [les volailles] sont élevées en plein air dans des fermes, en liberté, avec humanité et sont certifiées 100 % naturelles ». En outre, le restaurateur en herbe a indiqué qu'il n'utiliserait aucune viande rouge, mais uniquement des volailles.

La signature du chef ? Un « grilled crispy chicken sandwich ». Comprenez un sandwich croustillant au poulet grillé. En somme, pas vraiment de nouveautés à la clé. Mais plus de principes alimentaires absolument bio et sains. Avec le succès que connaissent les nouvelles chaînes de burgers venues des États-Unis en France (Fives Guys, Shake Sack), on peut s'attendre à voir débarquer quelques Holy Chicken, susceptibles de concurrencer - on ne se refait pas - la suprématie « macdonaldienne » dans l'Hexagone.