• Santé 2: Prévenir et traiter les varices

     

    Prévenir et traiter les varices

     

    Environ 8 femmes sur 10 souffrent de problèmes de circulation sanguine. Avec, à la clé, des veines déformées visibles sous la peau. Comment prévenir et traiter les varices? Les solutions de nos experts.

     

    Prévenir et traiter les varices

    shutterstock.com

     

     

    C’est quoi, une varice?

     

    «Une varice est une veine dilatée et abîmée dans laquelle le sang a du mal à circuler correctement. La varice forme alors des cordons sinueux, bleuâtres ou violacés, apparents à la surface de la peau», explique le Dr Renaud St-Laurent, directeur médical des cliniques Epiderma. Le plus souvent, les varices des membres inférieurs se situent à l’intérieur du mollet ou à l’arrière et à l’extérieur de celui-ci. La majorité ne sont pas douloureuses, mais elles peuvent provoquer des soucis au quotidien, comme la sensation de jambes lourdes, des fourmillements, des crampes nocturnes et de l’enflure aux chevilles ou aux pieds. 

     

    Si les femmes sont les plus concernées à cause des hormones (les oestrogènes favorisent la vasodilatation), les hommes sont aussi touchés. Or, ces derniers consultent souvent trop tard, au stade des complications. En effet, avec cette maladie chronique évolutive, l’absence de traitement entraîne souvent une aggravation des symptômes (lourdeurs, douleur, oedème) et l’augmentation des varices. 

     

    Des complications peuvent également survenir au niveau de la peau (pigmentation, eczéma, inflammation et même ulcère) et à l’intérieur des veines, entraînant des phlébites.

     

    Les causes

    L’apparition de varices peut avoir de nombreuses causes (âge, sexe, posture, obésité, grossesse, ménopause), mais la principale reste l’hérédité. Le risque d’avoir des varices serait de 20% chez les patients sans parents atteints, de 44% si l’un des parents est touché et de plus de 70% si les deux parents sont concernés! «On ne peut malheureusement pas lutter contre la génétique, constate le Dr St-Laurent. En revanche, il est possible de limiter l’insuffisance veineuse et ses symptômes.»

     

    À faire au quotidien

    • On fait du sport. En se contractant, les muscles des mollets aident le sang à remonter vers le haut du corps. 
    • On évite la chaleur, qui accentue la vasodilatation: bains trop chauds, exposition des jambes au soleil ou près d’un appareil de chauffage, etc. 
    • On enfile des bas de contention dès que l’on reste longtemps debout ou assis (voyage en avion, position de travail statique, etc.). 
    • On se dégourdit les jambes régulièrement dans la journée et on les masse pour activer la circulation. 
    • On privilégie des vêtements amples, qui ne compriment pas les cuisses.

     

    Il est important de développer les muscles des membres inférieurs, qui jouent un rôle de contention naturelle en favorisant le retour veineux. Plus le muscle travaille, plus il pompe le sang et évite que celui-ci ne stagne dans la veine. À nous le vélo, la marche et la natation! Par contre, on évite la course, car les impacts au sol fragilisent les veines abîmées. «Mais la course à pied est tout de même préférable à aucune activité physique», modère le spécialiste.

     

    Contrôler son alimentation contribue aussi à ne pas aggraver les varices. «Il faut limiter la caféine, l’alcool et le sucre», affirme Mélissa Audette, naturopathe. «Les deux premiers créent une vasodilatation, et le sucre entraîne une inflammation du système circulatoire.» On suggère d’adopter une alimentation saine, incluant beaucoup de fruits et légumes. La raison? Ces derniers, riches en flavonoïdes et en vitamines, aident à résorber l’inflammation veineuse et à renforcer la paroi des capillaires sanguins. 

     

    Pour soulager les fourmillements et limiter la stagnation du sang, on surélève ses jambes quand on est assis ou au lit. «Pratiquer des massages à l’huile de menthe poivrée ou au calendula, du bas vers le haut, stimulera aussi la circulation et tonifiera les veines. En plus, leur effet de fraîcheur soulage immédiatement les lourdeurs.»

     

    En parallèle à ces soins préventifs au quotidien, pour traiter les veines déjà atteintes, on consulte un médecin, qui choisira le traitement le mieux adapté en fonction de l’état de l’insuffisance veineuse. Dans les cas légers, il conseillera la contention veineuse grâce à des bas ou des collants exerçant une pression sur les jambes pour stimuler le retour du sang. 

     

    En cas de varices plus importantes, d’autres techniques sont utilisées. «La sclérothérapiefonctionne très bien, constate le Dr St-Laurent. Cette technique consiste à injecter dans la varice un produit qui rétracte et durcit la veine malade pour, finalement, la détruire.» Le traitement ne requiert pas d’anesthésie et permet de reprendre ses activités immédiatement. 

     

    Autre option: le laser endoveineux, utilisé pour détruire les varices de gros calibre et réalisé sous anesthésie locale. Les veines malades sont brûlées au moyen d’une fibre optique introduite par une petite incision pratiquée derrière le genou. Un traitement tout aussi efficace que la sclérothérapie, mais plus coûteux. 

     

    «Quant à la chirurgie, elle n’est quasiment plus pratiquée, ajoute notre expert, car cette méthode consistant à extraire la veine malade nécessite une convalescence de – 2 à 4 semaines – pendant laquelle le patient doit beaucoup limiter ses activités.»

     

    Infos

    Dr Renaud St-Laurent, directeur médical des cliniques Epiderma. epiderma.ca

    Mélissa Audette, naturopathe. melissaaudette.com

    Santé 2:  Prévenir et traiter les varices

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :