Et si l'ami Jojo Bové avait raison (à part pour les fringues évidemment) ? Et si c'était vrai qu'on bouffe "que de la merde" et que le moindre aliment entouré de plastique est artificiellement conservé avec des saloperies, non seulement chimiques, mais provenant des parties les plus dégueulasses des animaux les plus dégueulasses (oui à ce point). D'après ce qu'on a pu en lire, c'est un peu vrai, et on a presque envie de se mettre aux pommes vertes. Parce que souvent on mange...

  1. De la glande anale de castor
    Et on ne parle pas de cette soirée arrosée où vous avez joué à action ou vérité et que vous ne vouliez pas passer pour "un mec qu'est pas cap", mais bien d'un additif bien crado qu'on retrouve dans les sucreries. La prochaine fois que vous mangez un bonbon, pensez au scientifique qui a broyé une glande anale de castor pour en extraire une huile odorante afin d'en badigeonner votre sucrerie, vous verrez, c'est plus efficace qu'un régime. Si vous voulez repérer les aliments qui en contiennent, cherchez "castoréum" -c'est écrit en petit-petit sur l'étiquette (en même temps ils n'allaient pas mettre huile de fion de castor... ça aurait fait un peu brut).
    757px-Castoreum_01

    Crédits photo (creative commons) : H. Zell

  2. Des insectes
    Les Mnm's rouges sont vos préférés ? Vous adorez Timon et Pumbaa ? Rendez-vous à l'évidence mon vieux vous raffolez des insectes, ou en tout cas de l'acide carminique E120. Présent dans les sucreries type Malabar et M&M's, cette petite saloperie provient en fait de cochenilles et d'autres petites bestioles. Pour faire simple, il n'est pas rare qu'on mange de la bouillie d'insectes. Vraiment peu rare d'ailleurs, puisqu'on en retrouve aussi dans certains yaourts, les chips, la charcuterie, le tarama, et même... le dentifrice. Oui, même quand on essaie de faire un truc sain, on se fait avoir: si ça c'est pas vicieux...
    cochenille

    Crédits photo (creative commons) : indiabirds

  3. Du poil de porc ou de canard. Voire du cheveux
    "Cystéine" dit comme ça le mot est plutôt joli, on aurait tort de s'en méfier. Et pourtant si vous le voyez sur une étiquette de pain ou de bagel ou d'un aliment du genre, vous aurez vite fait envie de recracher ce que vous avez dans la bouche. Car la cystéine est un acide aminé obtenu à partir de poils d'animaux ou de cheveux. Vous vouliez du pain qui ne durcit pas au bout d'un jour ET ne pas bouffer de poils... Restez sérieux on ne peut pas tout avoir dans la vie.
    800px-Sow_with_piglet

    Crédits photo (creative commons) : Scott Bauer, USDA

  4. Du bois...
    En minuscule fragments certes mais du bois quand même. La "cellulose" est utilisée pour donner aux aliments un aspect plus crémeux. Donc si un yaourt onctueux, c'est un yaourt qui envoie du bois... en vrai. On en trouve aussi dans le gruyère puisqu'il sert à ce que les bouts de fromages ne s'agglutinent pas entre eux. Un problème capital donc.
    bois

    Crédits photo (creative commons) : Jos.

  5. Du sable
    Le sable est utilisé dans les plats industriels, sous l’appellation "dioxyde de silicium". Comme pour le bois, il a une action "antiagglomérat", c'est-à-dire qu'il empêche les plats d'être tout collés. Cet additif est notamment très utilisé dans les chili con carne vendus en boite. On se demande pourquoi ils se donnent tout ce mal. Quand on achète du chili en boite c'est juste que c'est la fin du mois, pas qu'on a super envie d'en manger et qu'on risque d'être déçu s'il est tout collé. Il faut leur dire aux mecs : "on le mange parce qu'on a rien d'autre, donc allez y mollo sur le sable".
    sable

    Crédits photo (creative commons) : Urban

  6. Des "flavor pack" (oui nous non plus on savait pas ce que c'était mais c'est expliqué en dessous)
    Les jus de fruits vendus comme 100% naturels proviennent la plupart du temps de fruits vieux d'une bonne année qu'on laissé dans des cuves sans air afin qu'ils soient conservés. Le problème étant qu'au bout d'un an, ils ont plus le goût de vieux slips que de fruits, et c'est là qu'on vient y ajouter des petits additifs appelés "flavor pack". Ces "flavor pack" sont en fait produit par les laboratoires qui fabriquent artificiellement les parfums et ne sont pas considérés comme des "ingrédients"... Et donc on ne prend pas la peine de le préciser et de les faire apparaître sur la boite. Vous vous êtes déjà demandé comment un produit entièrement constitué de fruits frais pouvait toujours avoir le même goût ? Ben voilà, maintenant vous savez.
    orange

    Crédits photo (creative commons) : Tropicana

  7. Bonus : Pas de crabe (du tout)
    "Miam miam le bon poisson, c'est important les protéines, pour devenir comme papa !". Vous mangerez beaucoup de choses en ingérant du surimi, mais ne pensez pas manger du crabe. Le mot "surimi" provient du japonais et signifie "poisson haché". Ce qui décrit bien le produit : des chutes de poisson (n'importe lequel) reconstituées et du colorant orange. Ni plus, ni moins. Alors oui, ça passe avec de la mayonnaise, mais on devrait plutôt appeler ça du pudding.
    surimi

    Crédits photo (creative commons) : Frrrrred

Et qui c'est qui va aller au marché demain ?

Source : Cracked, Selection, Organicjar

Crédit photo : Shnib Snuff