•  

     

    Science décalée : l'oxygène de l'air

    serait cancérogène

     

    Par Marie-Céline Jacquier, Futura

    L'oxygène de l'air, pourtant indispensable à la vie, pourrait favoriser le cancer du poumon. La raison évoquée : l'oxygène favorise la formation de radicaux libres qui causent des dommages aux cellules et à l’ADN.

     

    Le cancer du poumon touche surtout des fumeurs, mais 10 à 15 % des cas concernent des non-fumeurs. D'autres facteurs peuvent en effet expliquer ces cas : prédispositions génétiques, exposition à des produits cancérogènes (particules fines, amiante...). En France, en 2010, il y a eu 37.000 nouveaux cas de cancers du poumon et 28.700 décès.

    L'air que nous respirons contient majoritairement du diazote et du dioxygène. Celui-ci, indispensable à la vie, conduit à la formation de radicaux libres dans l'organisme. Ces derniers causent des dommages aux structures cellulaires et à l'ADN. On peut donc se demander si cet oxygène est nocif à la santé. En effet, il a été constaté une augmentation des cas de cancers chez des enfants complémentés en oxygène lors de la période néonatale.

     

    Moins de cancer du poumon en altitude

    Pour savoir si l'oxygène est cancérogène, il est possible de comparer la santé de populations vivant à différentes altitudes, puisque l'oxygène se raréfie à haute altitude. Par rapport à la pression observée au niveau de la mer, l'oxygène est réduit à 88,7 % à 1.000 m, 78,5 % à 2.000 m et 69,2 % à 3.000 m.

    Dans un article paru dans la revue PeerJ, deux chercheurs des universités de Pennsylvanie et de Californie à San Francisco ont comparé les taux de cancer dans 250 comtés des États-Unis. Ils ont utilisé les données provenant du National Cancer Institute entre 2005 et 2009.

     
    Répartition des cancers du poumon aux États-Unis. © CDC, Wikimedia Commons, DP

    Les scientifiques ont observé que l'incidence du cancer du poumon diminuait de 7,23 cas pour 100.000 personnes pour 1.000 m d'élévation en altitude. L'association inverse entre l'altitude et le cancer du poumon était forte. Le rayonnement solaire et la pollution ont tous deux été pris en compte, puisque ces paramètres varient en fonction de l'altitude.

    Des radicaux libres à l'origine de mutations

    Cependant, les chercheurs n'ont pas observé le même lien avec le cancer du sein, de la prostate ou de l'intestin : ceci suggère un rôle joué par le processus d'inhalation. Un produit cancérogène inhalé, moins présent en altitude, pourrait expliquer cette association, ce qui fait de l'oxygène un coupable possible. L'hypothèse émise par les chercheurs est que l'oxygène favorise la production de radicaux libres, ce qui peut stimuler le cancer.

    D'après les deux chercheurs, si toute la population des États-Unis vivait dans le comté de San Juan à 3.470 m d'altitude, il y aurait 65.496 cas de cancer du poumon en moins chaque année.

     

    Santé 3:  l'oxygène de l'air serait cancérogène

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    On a testé: des ateliers de masturbation pratiques

     


    Châtelaine a testé OMGYes (Oh my God Yes), un site qui enseigne des techniques de masturbation. Verdict? Elles sont assez efficaces, merci.


    Louise Gendron de la revue Châtelaine

     

     

    Santé 3:  On a testé: des ateliers de masturbation pratiques


    Photo: Sonja Lekovic/Stocksy

     

    Un cours de masturbation féminine, pas porno, pas nunuche ? En ligne, multilingue et super bien fait ? J’avais entendu l’actrice et ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femmes Emma Watson vanter ce site (à la grande féministe Gloria Steinem – on a vu pire comme référence). Je suis allée voir. Il m’a fallu cinq minutes sur le site OMGYes (pro­noncer Oh my God Yes) pour tomber en bas de ma chaise.

    Puis, erreur fatale, j’en ai parlé à ma boss. Qui, j’aurais dû m’en douter, a voulu que je teste. Ce qui suit est donc le fruit de cette expérience combinée à mon professionnalisme exemplaire.

    Bien sûr, je savais jouer du clitoris. Mais par oreille. La masturbation, ça ne s’enseigne pas à l’école. Et je n’ai jamais trouvé de manuel de l’utilisatrice digne de ce nom. Alors, comme tout le monde, j’ai appris par tâtonnements.

    Bon, je me débrouillais pas mal. Mais l’autochatouille, c’est comme la pâtisserie : y a toujours moyen de s’améliorer. À condition de trouver les bons profs. Ou, mieux, les bonnes profs. OMGYes en propose une douzaine pour 39 $. Une aubaine.

    Et de la qualité. OMGYes n’est pas un cours d’anatomie, non plus qu’une introduction aux meilleures méthodes de séduction. Pas d’illustrations bébêtes, pas de photos de nymphettes immergées dans un océan de bulles de savon.

    Non. Du simple et du sérieux, résultat de la collaboration de sexologues, de cinéastes, d’ingénieurs, de pédagogues. Toute une équipe décidée à utiliser la technologie, leur motivation et un brin de courage (c’est leur site qui le dit) pour briser le tabou qui existe toujours autour du plaisir féminin. Et pour, une bonne fois, passer par-dessus le cliché selon lequel l’orgasme des femmes est si complexe qu’il en devient impossible à décrire et à expliquer.

     

    Utile et… plaisant

    On est dans le concret. Douze techniques présentées sans détour. Pour chacune, le témoignage vidéo d’une ou plusieurs femmes qui l’apprécient. Puis, sur vidéo toujours, une démonstration faite par la même femme, avec gros plan de sa main caressant sa vulve. Pas d’enrobage, pas de musique ni de dentelle.

    Curieusement, ce n’est ni cru ni glauque. Juste simple et clair. Convivial même.

    Et puis il y a le plus étonnant : l’atelier pratique. À l’écran, devenu tactile, un très gros plan de la vulve qui réagit sous nos doigts. On peut ainsi pratiquer le mouvement sur l’écran en suivant les indications et les commentaires de la dame en question. « Oui, c’est bon. » « Un peu plus de pression s’il vous plaît. » « Ouch, pas directement sur le clitoris, c’est trop sensible. » Un peu déstabilisant au départ, mais diablement pédagogique et efficace.

    Ce n’est pas un gadget. Les statistiques et la théorie présentées par OMGYes s’appuient sur des recherches quantitatives (de l’Institut Kinsey) et qualitatives (plus de 2 000 entrevues détaillées avec des Américaines âgées de 18 à 95 ans, de tous horizons, menées en collaboration avec l’Université de l’Indiana). Le site propose plusieurs langues, dont le français.

     

    Santé 3:  On a testé: des ateliers de masturbation pratiques

    masturbation.omgyes.applications.article

     

    Le plaisir, c’est de l’ouvrage

    Douze techniques à expérimenter, c’est du boulot. J’ai mis mon chum dehors pour la journée, me suis assurée que ma pile de téléphone était chargée puis attelée à la tâche.

    Bonne élève, j’ai commencé par la théorie, ai regardé tous les témoignages. Bon. J’ai une conscience professionnelle qui m’honore. Mais veux, veux pas, à un moment donné, une fille n’est pas en bois. Disons qu’il était temps de me mettre aux travaux pratiques. Et de baisser un peu le chauffage.

    Première leçon : L’orbite. Qu’on pourrait aussi appeler le tournage autour du pot. Je connaissais, bien sûr. Mais le 8 autour des pots ? Avec modulation de la pression ? La preuve qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre.

    La pratique virtuelle m’a fait de l’effet. Caresser un clitoris qui n’est pas le sien, ça n’arrive pas tous les jours (en tout cas pas à moi). Et même quand je chatouille le mien, j’ai rarement une vue gros plan sur l’action en cours. Alors explorer une vulve qui occupe tout l’écran de mon téléphone, la voir réagir sous mes doigts… Je suis allée boire un verre d’eau.

    J’ai tâté de toutes les techniques. Jolies découvertes là-dedans. Même si celle baptisée La constance (répéter le même geste avec exactement la même pression, exactement dans le même sens et exactement au même rythme) a fini par me lasser. Et même si La surprise (une caresse arythmique et spontanée) m’aurait sûrement plu davantage prodiguée par d’autres doigts que les miens. Ce que j’ai préféré ? Vous ne croyez tout de même pas que je vais répondre à ça ?

    Ma note finale à OMGYes : wow ! Et j’attends avec impatience la deuxième saison.


    OMGYes fonctionne sur Android (4.2 ou +), Chrome pour Android (34 et +) Apple : iOS 6 (ou +) fonctionnant sur iPhone 5 (ou +) ou iPad3 (ou +) Windows : Chrome 34 (ou +), Firefox 25 (ou +)

     

     

    Santé 3:  On a testé: des ateliers de masturbation pratiques

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Arbre à thé : une huile essentielle miraculeuse

      

    Aphte, mal de gorge, verrue…  Antibactérienne, l’huile essentielle d’arbre à thé (Tea Tree) soigne un grand nombre de maux. Mode d'emploi de cette huile miraculeuse disponible en pharmacies, parapharmacies et dans les magasins bio.

     
     
     

    Fini les aphtes !

    Les aphtes [3] sont souvent douloureuses. Quelques gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé et le tour est joué ! Ses propriétés antibactériennes et antiparasitaires désintègrent le microbe en quelques jours.
    En pratique : Verser 2 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé et 4 gouttes d’huile d’olive sur un coton. En massant légèrement, appliquer le coton sur l'aphte. Renouveler 2 fois par jour jusqu’à guérison.
    Attention : Si les symptômes persistent, consultez un médecin.
    A noter : Ce remède peut aussi être utilisé en cas de mycoses de la bouche.
    Contre-indication : L'huile essentielle d'arbre à thé est déconseillée aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 3 ans.

     

    Soigner un mal de gorge

    Vous avez la gorge irritée [4] et douloureuse ? Ne tardez pas, utilisez de l’huile essentielle d'arbre à thé. Elle n’a peut-être pas un goût agréable, mais en gargarisme elle peut désintégrer les bactéries responsables de l’infection.
    En pratique : Mélanger 2 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé (ou meleuluca ) dans un peu de miel. Utiliser en gargarisme pendant 1 minute 3 fois par jour et cracher.
    Attention : Si les symptômes persistent, consultez un médecin.
    Contre-indication : L'huile essentielle d'arbre à thé est déconseillée aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 3 ans.

     

    Pour se débarrasser des mycoses de la peau


    Les mycoses [5] cutanées c’est la panacée ! Non seulement ce n’est pas esthétique mais en plus, elles brûlent et démangent. Rassurez-vous, l’huile essentielle d’arbre à thé est un véritable concentré antibactérien qui tue les microbes en quelques gouttes.
    En pratique : Choisir une crème qui contient au moins 5 % d’huile essentielle d’arbre à thé (ou melaleuca ) disponible en pharmacie. L’appliquer sur la mycose 2 fois par jour jusqu’à disparition.
    Attention : Si les symptômes persistent, consultez un médecin.
    Contre-indication : L'huile essentielle d'arbre à thé est déconseillée aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 3 ans.

     

    Pour tuer une verrue !

    Le frottement des vêtements et l’humidité favorisent souvent l’apparition de verrues [6]. Mais pas de panique ! En désintégrant la bactérie grâce à ses effets antiparasitaires, l’huile essentielle d’arbre à thé peut les faire disparaître et éviter la propagation.
    En pratique : Mettre 2 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé sur un coton et frotter sur la verrue. Renouveler l’opération une à deux fois par jour jusqu’à disparition de la verrue.
    Attention : Si les symptômes persistent, consultez un médecin.
    Contre-indication : L'huile essentielle d'arbre à thé est déconseillée aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 3 ans.

     

    Pour éviter une rage de dent

    Si une carie [7] se forme, c’est parce que le tissu dentaire s’est dégradé. L’important est de minimiser rapidement sa propagation pour éviter une rage de dent. Grâce à ses propriétés antibactériennes, l’huile essentielle d’arbre à thé peut éliminer les microbes et restaurer la flore buccale.
    En pratique : Mélanger 2 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé dans une huile végétale. Garder en bouche pendant 1 minute, 3 fois par jour puis cracher.
    Attention : Si les symptômes persistent, consultez un médecin.
    Contre-indication : L'huile essentielle d'arbre à thé est déconseillée aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 3 ans.

    Retrouver une haleine fraîche

    Le problème avec la mauvaise haleine [8] c’est qu’on s’en rend compte le plus souvent après une réflexion. Pour éviter ce genre de mésaventure, on peut utiliser l’huile essentielle d’arbre à thé en complément de son dentifrice pour une haleine garantie 100% fraîche.
    En pratique : Sur une brosse à dent, déposer 1 goutte d’huile essentielle d’arbre à thé et y ajouter du dentifrice. Se brosser les dents avec.
    Attention : Si votre mauvaise haleine persiste, consulter votre médecin pour définir sa cause.
    Contre-indication : L'huile essentielle d'arbre à thé est déconseillée aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 3 ans.

     

    Un massage contre les infections urinaires

    Une infection urinaire [9] est le résultat d’un microbe qui infecte les voies urinaires. Comme elle est antibactérienne, l'huile essentielle d’arbre à thé peut, en complément d’un traitement médicamenteux classique, soulager les symptômes rapidement.
    En pratique : En plus d’un traitement oral classique. Diluer 2 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé dans une demi-cuillère à café d’huile végétale. Verser le tout dans le creux de la main et masser le bas ventre doucement pour faire pénétrer. Renouveler 3 fois par jour pendant 5 jours.
    Attention : Si les symptômes persistent, consultez un médecin.
    Contre-indication : L'huile essentielle d'arbre à thé est déconseillée aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 3 ans.

     

    Pour assainir la bouche

    Des gencives [10] rouges et douloureuses sont souvent le résultat d’une accumulation de microbes et de saletés au niveau de la bouche. Grâce aux vertus antibactériennes de l’huile essentielle d’arbre à thé, la muqueuse est assainie et la douleur est soulagée.
    En pratique : Verser 1 goutte d’huile essentielle [11]d’arbre à thé sur un coton tige. L’appliquer localement 2 fois par jour jusqu’à amélioration.
    Attention : Si votre infection perdure toujours au bout de 4 à 6 jours, consultez votre médecin pour vérifier qu’elle n’est pas causée par une maladie plus grave.
    Contre-indication : L'huile essentielle d'arbre à thé est déconseillée aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 3 ans

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Tout doux le dos!

     

    Souvent fragile, notre dos peut être à l’origine de bien des douleurs… sauf si on le renforce pour s’éviter des maux à venir! 

     

    Tout doux le dos!

    iStock Photo

     

     

    On le qualifie souvent de mal du siècle et c’est vrai qu’il touche pratiquement tout le monde… Environ 80 % des Canadiens souffrent un jour ou l’autre d’un mal de dos, et 17 % de façon chronique. Comme les vertèbres lombaires sont constamment sollicitées et soutiennent une part importante de notre poids, la lombalgie – qui touche le bas du dos – est sa forme la plus fréquente. Mauvaises postures, sédentarité, travail répétitif, mouvement brusque… les causes du mal de dos sont presque aussi nombreuses que ses victimes! Mais, contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce n’est pas forcément parce qu’on avance en âge qu’on en souffrira davantage, même si des maladies telles l’ostéoporose, les rhumatismes, l’arthrose ou la dégénérescence discale (usure des disques entre les vertèbres) peuvent rendre certains plus vulnérables à ce type de douleurs. 

    Quelle que soit notre condition ou la fréquence de nos maux de dos, Denis Pelletier, président de l’Ordre des physiothérapeutes du Québec, et Martine Lagacé, kinésiologue et ostéopathe, nous donnent les clés pour nous en débarrasser. 

    Bouger

    «Avant, on prescrivait le repos complet aux personnes aux prises avec un mal de dos, raconte Denis Pelletier. C’était une erreur! Désormais, on recommande de continuer à bouger, autant que notre corps nous le permet, bien sûr.» Selon Martine Lagacé, la marche est assurément l’exercice à préconiser, d’autant qu’il convient à tout le monde. «Souvent, je suggère aussi le ballon suisse: dix minutes, le soir en regardant la télé par exemple, remettent sur les rails et préviennent les maux de dos.» 

    Faire la paix

    Oui, on a bien lu! Pardonner aux personnes qui nous ont causé du tort contribuerait à éliminer, ou à tout le moins à diminuer, la douleur d’un mal de dos chronique. Des chercheurs du Duke University Medical Center l’ont découvert en 2005: plus on alimente la colère et le ressentiment, plus la douleur ressentie est aiguë. 

    Écraser

    Bien que les raisons en soient encore incertaines, les fumeurs risqueraient trois fois plus de souffrir de maux de dos chroniques, un peu comme si la fumée se connectait sur le circuit du cerveau associé à la douleur. 

    Changer de place

    «Une posture prolongée, quelle qu’elle soit, peut susciter un problème de dos», indique Denis Pelletier. Si on est assis, on se lève toutes les heures et on bouge pendant une dizaine de minutes. «Et debout, on pense à garder les pieds à la largeur des hanches, les genoux déverrouillés, c’est-à-dire pas complètement tendus, et le dos bien allongé», ajoute Mme Lagacé. 

    Rester au frais

    «On a soudainement mal au dos sans savoir trop pourquoi? En appliquant de la glace, on ne se trompera pas!» conseille Martine Lagacé. «L’ibuprofène et l’acétaminophène peuvent aussi aider, complète M. Pelletier. Et parfois aussi, un relaxant musculaire.» Le mieux est de demander l’avis de son pharmacien. Toutefois, si la douleur persiste après 2 ou 3 jours, on consulte notre médecin.

    Huiler la machine

    «Certaines huiles essentielles, comme la menthe poivrée, le basilic tropical et la gaulthérie odorante, donnent souvent de bons résultats sur un dos endolori, avance Mme Lagacé. Il est par contre essentiel de consulter un spécialiste avant, et de respecter la posologie.» 

    Faire l’amour en sécurité

    Selon des chercheurs de l’Université de Waterloo, en Ontario, 84 % des hommes et 73 % des femmes souffrant de maux de dos rapportent une baisse de leurs activités sexuelles. D'après ces mêmes chercheurs, le fait d’utiliser davantage hanches et genoux plutôt que la colonne pour contrôler le mouvement ferait toute la différence. Si on est couché sur le dos, placer un coussin juste dans la courbure de celui-ci serait également un plus!  

    Rester zen

    Autant que possible, en tout cas! Les gens stressés sont plus souvent en proie aux maux de dos, notamment à cause de la tension musculaire intense. On respire profondément, on médite, on multiplie les petites joies, on se prend une marche en forêt… Comme il plonge dans un état de relaxation tout en améliorant la flexibilité et la force musculaire, le yoga serait par ailleurs l’un des soulagements les plus efficaces des maux de dos, ont conclu des scientifiques de l’Université de Washington. Une réserve, cependant: Il faut d’abord connaître l’origine de notre mal et, s’il est trop intense, s’adresser à notre médecin avant de se lancer. 

    Muscler ses abdos

    Des muscles affaiblis supportent mal le dos, qui devient alors plus vulnérable à toutes sortes de maux. On veille donc à garder toniques les muscles qui cintrent notre abdomen. «L’important, c’est de viser un équilibre dans la force de nos muscles, commente Denis Pelletier. Si on fait beaucoup d’exercices pour renforcer le dos mais aucun pour les abdos, ça ne sert pas à grand-chose.» Pas besoin non plus de s’inscrire au gym ou de se mettre à faire 100 redressements assis par jour: certains exercices doux et faciles à exécuter suffisent amplement. On s’inspire par exemple de ceux présentés dans De nouvelles habitudes posturales pour un dos en santé (par Martine Lagacé, Québec-Livres, 24,95 $) et dans L’entraînement spinal (par Jean-François Harvey, Éditions de l’Homme, 34,95 $).

    Forcer intelligemment

    Bien des maux de dos naissent du fait d’avoir (mal) soulevé des objets trop lourds. La règle numéro 1? Ne jamais se pencher en avant pour accomplir ce mouvement, mais plutôt fléchir les genoux tout en gardant la colonne aussi allongée que possible. «On doit surtout se montrer vigilant lorsqu’on fait un geste qu’on a rarement l’habitude de faire, avertit Denis Pelletier. Pelleter en est un bon exemple: notre pelle est courte, on se penche trop, on veut aller vite et on prend des charges trop importantes. Le cocktail idéal pour avoir mal au dos!» 

    Bien manger

    À elle seule, une saine alimentation ne nous guérira pas de nos maux de dos ni ne nous assurera une parfaite immunité contre ces derniers, mais elle ajoutera indéniablement des cordes à notre arc. Le «bon» gras, comme celui provenant du saumon et du maquereau, contribue par exemple à réduire l’inflammation. Un apport suffisant en vitamine D et en calcium aide à garder nos os en santé. Limiter la caféine assure aussi une bonne circulation sanguine, ce qui profitera aussi à nos muscles. Des petits changements payants! 

     

    Santé 3:  Tout doux le dos!

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique