• Santé-Psycho 2: Chassez la mauvaise humeur

     

    Chassez la mauvaise humeur

     

    Bien sûr, ça arrive à tout le monde d’être de mauvais poil. Mais si vos sautes d’humeur sont fréquentes, elles risquent de nuire à votre bonheur et à vos relations avec autrui. Vivement des solutions pour chasser la mauvaise humeur.

    Chassez la mauvaise humeur

    iStockphoto.com

     

     

    La mauvaise humeur dont on veut parler ici n’est pas celle qui est induite par un grand bouleversement émotif, tel un deuil ou une rupture, ou un problème de santé mentale. On pense plutôt aux petits moments du quotidien qui, sans que vous en soyez toujours conscient, révèlent votre côté grognon. En voici quelques-uns.

     

     

    Je me réveille souvent de mauvaise humeur

    Les yeux à peine ouverts, vous bougonnez. Vous n’avez aucune envie de sortir du lit et encore moins de prononcer un mot avant d’avoir bu un premier café. Ce scénario se répète chaque matin, ou presque, au grand désespoir de votre partenaire qui, lui ou elle, est plutôt aimable dès le lever. En fait, il existe plusieurs explications à la mauvaise humeur matinale. 

     

     

    Le manque de sommeil en est une. Si vous êtes insomniaque ou couche-tard, il est normal que vous ayez du mal à émerger du sommeil. Il se peut aussi que vous ayez naturellement besoin de dormir plus que la moyenne des gens. En adoptant de meilleures habitudes de sommeil et en respectant votre horloge biologique, vous vous assurerez des réveils plus agréables. 

     

     

    Autre cause possible: le stress du matin. Vous détestez être bousculé au réveil. Par conséquent, la seule idée d’être projeté au milieu des autres dès le saut du lit suffit à vous mettre de mauvaise humeur. La solution: vous lever 30 minutes avant votre tribu. Cette période vous permettra d’être dans votre bulle et de penser à vous avant de vous lancer dans la mêlée. Vous serez ensuite plus en mesure d’accueillir votre entourage et d’entreprendre votre routine. 

     

     

    Vous avez du mal à converser au petit-déjeuner? Dites-le au lieu de grommeler des réponses qui exaspèrent vos proches. Sans compter que leurs commentaires risquent d’exacerber votre mauvaise humeur. Et cherchez des compromis. Par exemple, vous pourriez décider d’un commun accord de limiter les discussions durant l’heure suivant le réveil. 

     

     

    Votre mauvaise humeur matinale peut aussi être liée à la perspective de la journée qui vous attend. La sonnerie du réveil vous ramène brusquement à la réalité. Et plus vite encore si, avant que le sommeil vous gagne, vous pensiez à vos soucis ou aux tâches à accomplir. La bonne idée: essayez de ne pas mettre en branle la machine à penser dès la sortie de la nuit. Réveillez-vous en douceur en songeant plutôt à un moment agréable qui ponctuera la journée, comme un repas avec un ami, l’anniversaire d’un proche ou la fermeture d’un dossier au travail. Un mauvais réveil peut aussi être l’indice que c’est le moment de réviser votre emploi du temps et vos tâches afin d’alléger vos journées. 

     

     

    C’est plutôt l’idée d’aller travailler qui vous met de mauvais poil? Il faudrait peut-être envisager un autre boulot ou, pourquoi pas, la retraite. Impossible? Alors, marchez pour vous rendre au bureau. Cela vous aidera à évacuer votre mauvaise humeur du matin. L’exercice stimule les endorphines, aussi connues sous le nom d’hormones du bonheur. Et essayez d’aborder la journée de façon positive. Identifiez ce qui vous déplaît et tentez d’y remédier. Réorganisez votre travail. Par exemple, divisez votre tâche en blocs afin de diminuer votre niveau de stress. 

     

    Vous avez la mèche courte. Un rien vous énerve. Il suffit pour cela d’une circulation routière au ralenti, d’une longue attente à la caisse du supermarché ou encore de la maladresse d’un proche. En raison de vos fréquentes sautes d’humeur, les autres ne savent pas trop comment vous aborder. 

     

     

    Il se pourrait bien que cette caractéristique soit directement liée à votre tempérament. En effet, certaines personnes sont naturellement plus irascibles et plus impatientes que d’autres. Si ce trait affecte également un de vos parents, c’est qu’il y a eu transmission intergénérationnelle. Et cette tendance est probablement ce qui cause votre humeur en dents de scie. Toutefois, cela ne signifie pas que vous ne pouvez rien y faire. Par exemple, lorsque vous sentez votre humeur changer, prenez un temps d’arrêt pour respirer profondément et vous calmer. Tentez de comprendre ce qui se passe. Qu’est-ce qui provoque ce soudain revirement de votre humeur? 

     

     

    Une aide supplémentaire: notez dans un calepin les événements qui font passer votre humeur d’un extrême à l’autre. Le soir venu, revoyez-les au ralenti et décortiquez-les pour tenter de comprendre vos réactions et vos émotions afin de mieux les gérer. 

     

     

    Et faites un grand ménage dans la maison! Des études ont en effet démontré que vivre dans un espace rangé et propre influe de façon positive sur l’état d’esprit et diminue la mauvaise humeur. La musique également. 

     

     

    Vous attendez dans une longue file d’attente? Plutôt que de laisser votre humeur se gâter, occupez-vous à quelque chose d’agréable, comme planifier en pensée un projet excitant ou poursuivre la lecture de ce bouquin que vous traînez toujours avec vous. 

     

     

    Les fluctuations d’humeur s’expliquent aussi parfois par des facteurs physiologiques, comme la fatigue, le manque de sommeil, les problèmes thyroïdiens, la ménopause et l’andropause. Une visite chez le médecin permettra de déterminer s’ils en sont la cause. Ces variations peuvent également être associées à une faible tolérance à la frustration et aux irritants. C’est le cas? Il y a sans doute lieu de vous interroger. Vivez-vous des moments difficiles? Avez-vous tendance à voir l’aspect négatif des choses plutôt que le côté positif? Êtes-vous heureux? Quand les instants de bonheur sont peu nombreux par rapport aux épisodes de frustration, le risque de vivre des sautes d’humeur augmente. Un professionnel pourrait vous aider à y voir clair. 

     

     

    C’est peut-être aussi le signe que vous en avez simplement plein les bras. Se sentir submergé par les tâches est une source importante de frustration. Une réorganisation de votre charge de travail – où il y a place pour des petits plaisirs quotidiens – pourrait vous soulager et vous redonner le sourire. 

     

    Vous arrivez au travail le coeur léger. Mais qu’un collègue vous fasse une réflexion sur votre air fatigué ou votre travail gâche illico votre belle humeur. Votre journée est fichue. Rien ne réussira à vous redonner le sourire. 

     

     

    Au fond, c’est donner beaucoup de pouvoir aux remarques des autres. Même si celles-ci les touchent, la plupart des gens finissent par passer à autre chose. Plusieurs s’en serviront même pour s’améliorer, si les commentaires s’avèrent pertinents. Une réaction excessive aux paroles désagréables est souvent l’indice d’une faible estime de soi. Si elles vous affectent autant, c’est peut-être qu’elles touchent un point sensible. Il y a lieu d’en chercher la cause. 

     

     

    Par ailleurs, lorsque cela se produit, utilisez l’humour pour rire de la situation et désamorcer les tensions. Simple, mais toujours efficace. 

      

    Et assurez-vous de dormir suffisamment. On est souvent susceptible lorsqu’on est fatigué. 

     

    Enfin, nuancez vos émotions. Admettez que votre réaction est disproportionnée par rapport à l’événement. Ne vous laissez pas envahir par une remarque futile et sans conséquence. En revanche, si le commentaire est franchement blessant, dites-le sans tarder à celui qui vous l’adresse. Établissez clairement vos limites pour prévenir les récidives. En agissant ainsi, vous libérerez votre esprit et pourrez ensuite passer à autre chose. 

     

    Au bureau, vous êtes actif, efficace et apprécié. Vous aimez discuter avec vos collègues. Bref, vous ne voyez pas les heures filer. Mais dès que vous quittez le boulot, vous devenez maussade. Le retour à la maison vous rend grognon.

     

    À moins d’être workaholic, ce changement d’humeur est assurément lié à la perspective de ce qui vous attend chez vous. Si vous y vivez des conflits ou si vous devez y abattre plusieurs tâches, votre réaction n’est guère surprenante. Dans ce cas, réglez au plus vite les conflits et réduisez au minimum votre routine du soir ou, encore, partagez les tâches avec votre partenaire. Au besoin, offrez-vous de l’aide ménagère. 

      

    Vous donnez toute votre énergie au boulot. Mais dès que vous relâchez la tension, vous ressentez immédiatement un grand épuisement, d’où votre humeur changeante? C’est le temps de revoir la gestion de vos tâches, au travail et à la maison, mais aussi votre alimentation. Un régime alimentaire équilibré et une bonne répartition des aliments énergisants vous aideront à conserver votre vitalité tout au long de la journée. 

     

     

    Il se peut aussi que votre mauvaise humeur provienne du fait que vous vivez seul et ressentez une grande solitude. Votre vie est pleine au travail, mais vide à la maison. La solution: vous créer un réseau social. Fréquentez un gym, inscrivez-vous à un cours ou à une activité de loisir, participez à un club de marche, etc. La vie à l’extérieur du bureau vous paraîtra beaucoup plus belle. 

     

    Merci à Brigitte Hénault et à Stéphanie Léonard, psychologues, pour leur collaboration.

     

    Santé-Psycho 2:  Chassez la mauvaise humeur

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :