• Santé-Psycho: Trop tard pour une psychothérapie?

     

    Trop tard pour une psychothérapie?

     

    Qu’on se le dise: il n’est jamais trop tard pour entreprendre une psychothérapie et se faire du bien. N'attendez pas d’être au bord du gouffre. Si vous en ressentez le besoin, foncez!

     

    Trop tard pour une psychothérapie?

    iStockphoto.com

     

    Pourquoi entreprendre une psychothérapie

    Physiquement, pas de problème. Psychologiquement, ça va couci-couça. L’idée de consulter un psychologue vous a traversé l’esprit, mais toutes les raisons sont bonnes pour vous en dissuader: «Je suis trop vieux pour ça!... Qu’est-ce que les autres vont dire?... À mon âge, il est trop tard pour changer... Déterrer les choses du passé, ça ne me tente pas... On va me juger»... Eh bien, vous avez tout faux. Au contraire, toutes les raisons sont bonnes pour que vous vous lanciez. 

     

     

    «Il n’est jamais trop tard pour entreprendre une psychothérapie, assure la psychologue Nathalie Aubut. Il nous arrive à tous de vivre des difficultés, des angoisses et des remises en question qui n’ont rien à voir avec l’âge. Sans compter que, plus on vieillit, plus on traverse des moments charnières et des bouleversements, pas toujours faciles à vivre. Que ce soit en raison du départ des enfants de la maison, de la retraite, de problèmes de santé plus fréquents ou de deuils (parents, conjoint, proches, amis), on peut ressentir un mal-être parfois compliqué à gérer seul. Et se confier à ses proches ne suffit pas toujours.» 

     

     

    Les bouleversements physiques et psychologiques liés à la ménopause, les problèmes relationnels avec les enfants ou les parents vieillissants, la solitude, un traumatisme, un mal de vivre, une dépendance ou encore les blessures du passé représentent d’autres motifs de consultation. 

     

    «Plus on vieillit, plus on réalise que le temps file et plus on sent l’urgence de régler certaines choses pour se réconcilier avec soi-même et les autres et pouvoir, enfin, profiter pleinement de la vie, souligne le psychologue Jacques Lamarre. En vieillissant, on va davantage à l’essentiel, à ce qui est important pour nous.» 

     

     

    Même en fin de vie, il peut être bon de consulter pour traverser cette étape difficile. «La peur de la mort génère beaucoup d’angoisse chez la plupart des gens, affirme Nathalie Aubut. Avoir quelqu’un à qui en parler ouvertement aide à apprivoiser cette étape, à gérer ses émotions et à donner un sens à sa vie. Être en paix avec soi-même et les autres permet d’affronter l’avenir plus sereinement.» 

     

     

    Mais quelle que soit la raison, la décision de suivre une psychothérapie devrait être sérieusement envisagée si les difficultés vous paraissent insurmontables, si vous êtes mal dans votre peau, si vous souffrez d’anxiété, si vos malaises persistent et finissent par peser lourd sur vos épaules ou si vos problèmes entraînent des répercussions sur votre santé physique ou psychologique, ainsi que sur votre vie personnelle, professionnelle et financière. Dans de tels cas, manifestement, vous avez des choses à régler. 

     

    À une époque pas si lointaine, il était plutôt mal vu de consulter un psychologue ou un psychothérapeute. On croyait, à tort, que la psychothérapie était réservée aux individus atteints de graves problèmes de santé mentale. Le sujet était, bien sûr, tabou. Heureusement, les choses ont changé. Mais certaines personnes entretiennent encore des préjugés tenaces. Vivement un coup d’oeil sur les principales croyances et appréhensions pour les faire tomber. 

     

     

    Je suis trop vieux pour changer. 

     

    Il n’y a pas d’âge pour chercher à s’améliorer et s’offrir une meilleure qualité de vie. Il suffit simplement d’être motivé. «Pour bien vieillir, il faut d’abord régler les choses avec soi-même, puis apprendre à pardonner, dit Nathalie Aubut. Plus on vieillit, plus ça devient important.» 

     

     

    Je parle peu. 

     

    Vous êtes plutôt du type silencieux. Vous avez du mal à confier vos émotions. Alors, vous vous demandez bien ce que vous iriez faire dans le bureau d’un psy. Vous redoutez, évidemment, les fameux silences. Pourtant, il n’y a pas lieu de vous en faire. Le psychologue s’adapte aux différentes personnalités. Contrairement à ce que l’on croit, il dispose de plus d’une façon d’établir le contact. Il questionne, explique, guide et aide ses clients à se raconter. «Certaines personnes vont s’ouvrir très rapidement, alors que, pour d’autres, c’est plus long, confie Nathalie Aubut. Elles présentent les faits, mais n’arrivent pas à faire un travail d’introspection. C’est notre rôle de briser leurs défenses pour les amener à se connecter à leur vécu émotionnel. Toutes y arrivent, finalement.» 

     

     

    Il va me juger. 

     

    La peur d’être jugé vous empêche de faire le saut? Retenez que le psychologue n’est pas là pour vous juger, mais pour vous aider à comprendre le malaise qui vous habite, à dédramatiser la situation et à trouver avec vous des solutions. Dites-vous qu’il en a vu bien d’autres. Rien n’est tabou en psychothérapie. 

     

     

    Il va raconter mon histoire à d’autres personnes. 

     

    Les psychologues membres de l’Ordre des psychologues du Québec sont tenus de respecter un code de déontologie rigoureux. Si le psychologue désire transmettre de l’information à un autre thérapeute ou à un médecin, il doit d’abord vous faire signer un formulaire d’acceptation. Seules deux situations peuvent occasionner un bris de confidentialité: l’abus d’enfant et le risque pour la vie du client ou d’autrui. 

     

     

    Je vais être obligé de révéler des secrets. 

     

    Vous êtes complètement libre de transmettre des renseignements au thérapeute. Et vous n’avez aucune obligation de répondre à ses questions. Toutefois, plus vous vous ouvrirez durant la thérapie, plus vous avancerez dans votre démarche. 

     

     

    Mon problème ne vaut pas la peine que je consulte.

     

    Il n’y a pas de petits ou de gros cas. Plutôt des situations qui méritent d’être regardées de près si elles sont récurrentes et nuisent à la qualité de vie, ou encore si elles font souffrir. Comme exemple, Jacques Lamarre mentionne les pertes de mémoire. «En vieillissant, la plupart des gens éprouvent des problèmes de mémoire et de concentration non pathologiques. Cela crée, chez certains individus, beaucoup d’anxiété. Notre rôle, c’est de les aider à diminuer leur anxiété et à trouver des stratégies efficaces pour améliorer leur qualité de vie. Autre exemple: les gens atteints de maladie ou de douleur chronique. On ne soulage pas leur douleur physique, bien sûr. Mais on peut les aider à modifier leur approche face à la douleur, à diminuer leur stress, à mieux gérer leurs émotions et à s’investir dans ce qui est important pour eux afin que la douleur ne prenne pas toute la place. Bref, ça vaut toujours la peine de consulter si l’objectif est d’améliorer sa condition.» 

     

     

    Qu’est-ce que les autres vont penser? 

     

    Vous craignez les jugements, les critiques et les qu’en-dira-t-on dans votre entourage? Si cela vous angoisse, n’en parlez pas. Point. 

     

    Les tarifs d’un psychologue ou d’un psychothérapeute du secteur privé varient généralement de 80$ à 120$ l’heure. Ces frais sont en partie remboursables par les assurances collectives. Si votre budget est serré, vous pouvez toujours tenter de négocier un arrangement. Attention: faites affaire avec un professionnel membre de l’Ordre des psychologues du Québec. Pour connaître la liste de ceux qui pratiquent dans votre région ou votre quartier, consultez le service de référence en ligne (www.ordrepsy. qc.ca) ou téléphonique (514 738-1223 ou 1 800 561-1223) de l’Ordre. Vous pouvez aussi demander des références à votre médecin de famille. 

     

     

    Si votre budget ne vous permet pas d’aller en cabinet privé, vous pouvez bénéficier gratuitement des services d’un professionnel en milieu hospitalier ou en CLSC. Seul hic: il se peut qu’on vous place sur une liste d’attente. Par ailleurs, certains employeurs disposent d’un programme d’aide aux employés qui offre la possibilité de consulter un psychologue ou un psychothérapeute gratuitement pour un nombre de séances déterminé. Informez-vous auprès du responsable des ressources humaines de votre entreprise. 

     

    Normal, surtout si vous ne savez pas à quoi vous attendre. «La première séance sert principalement à établir le contact, explique Nathalie Aubut. C’est l’occasion pour le client d’évaluer s’il a des atomes crochus avec le psychologue. En fait, la relation de confiance est primordiale pour que la démarche soit bénéfique. On considère que le succès d’une psychothérapie repose à près de 60% sur la qualité de la relation. Un client à l’aise sera prêt à investir temps et effort. D’où l’importance de prendre le temps de bien choisir celui ou celle qui nous accompagnera.» 

     

     

    La rencontre sert aussi à définir les motifs de la consultation, la nature ou l’origine du problème, les manifestations qui affectent le fonctionnement du client ainsi que ses attentes afin qu’une stratégie thérapeutique adaptée à ses besoins puisse être élaborée. C’est également l’occasion pour le client de poser toutes les questions concernant l’approche préconisée, la durée de la psychothérapie, les coûts, etc. Au cours des prochains rendez-vous, le psychologue passe en mode interactif. Il amène le client à parler de son expérience, de son vécu, de ses émotions. Il tient le rôle de guide. Certaines techniques, comme des exercices de relaxation, de respiration et de visualisation, peuvent être utilisées au cours des séances. «En somme, la thérapie vise à faire tomber les blocages, à déterminer les forces et les zones de vulnérabilité, à affronter les difficultés plutôt qu‘à les éviter et à développer des outils pour faciliter la prise de décisions et améliorer la qualité de vie», rappelle Jacques Lamarre. 

     

    Autrement dit, la thérapie sera faite sur mesure pour vous. 

     

    Santé-Psycho:  Trop tard pour une psychothérapie?

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :