• Voyager en images 2.....Les jardins féeriques du château du Rivau

     

    Les jardins féeriques du château du Rivau

    Le château enchanteur du Rivau

    Dans le Val de Loire, le château du Rivau, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, et ses jardins offrent une parenthèse enchanteresse aux promeneurs. Visite guidée de ces espaces verts. Le château a conservé une architecture typique du XVe siècle, ce qui est très rare dans la région du Val de Loire.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Un potager gargantuesque

    Ce potager a été surélevé afin d'offrir une vision globale mais aussi pour apporter de l'ombre, sans abîmer le patrimoine. Contrairement aux apparences, la palissade n'est pas en bois, comme à l'époque, mais en métal. En hommage à Rabelais qui mentionnait les terres du Rivau dans Gargantua, Patricia l'a imaginé pantagruélique avec ses légumes et cucurbitacée... Lire la suite   
    ©  Château du Rivau

    Un pédiluve merveilleux

    Près de la fontaine, le pédiluve du XVe siècle a été conservé. Les chevaux ne s'y font plus masser mais de curieux personnages viennent s'y baigner. Ce sont les êtres fantasmagoriques du monde de Fabien Verschaere.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Une pergola ombragée

    Pour habiller la cour et offrir un peu d'ombre aux visiteurs l'été, Patricia a installé une pergola recouverte de rosiers et de vignes. Près du potager, elle devient une "bulle" de romantisme.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Un marronnier bicentenaire

    Ce marronier vieux de 2oo ans a été mutilé par les intempéries. Aujourd'hui, il porte le collier gri-gri que lui a confectionné la céramiste Céline Turpin afin de le protéger et de nous rappeler que le banal a quelque chose de merveilleux. 
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Un jardin de rêves

    Au château, tout appelle à la rêverie et à la réflexion, qu'il s'agisse de l'arbre transfomé en nichoir ou de ces bottes de géants (deux pieds gauches !) de l'artiste Lilian Bourgeat (Invendus-Bottes, 2006).
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Une tulipe mauve

    Patricia a associé un thème couleur à chacun de ses jardins. Cette tulipe mauve est propre au jardin de la princesse Raiponce.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    La mise en beauté des plantes

    Patricia oppose systématiquement deux variétés de plantes différentes. Ici, ce sont des narcisses, des jonquilles et du  lilas de Perse qui se répondent et se mettent en valeur. 
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Cotinus et anémones

    Les anémones Blanda, blanches, mettent en lumière le cotinus aux feuilles pourpres.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Une mise en scène millimètrée

    Contrairement aux apparences, cette forêt n'a rien de sauvage. Ici, tout a été méticuleusement pensé et mis en scène : les scilles Campanella étaient présentes à l'origine mais trop peu nombreuses. Il a donc fallu les implanter une à une pour obtenir ce résultat.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Une forêt peuplée d'êtres bienveillants

    La forêt saisit tous nos sens... L'ouïe et le regard sont rapidement happés par la musique et les ombres que projette le Mobile aux 7 nains de Paul Rouillac (2011) Au sol, l'if s'est changé en lutin bienveillant.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Un jardin zen et bio

    Au coeur du jardin, un espace a été imaginé afin que le visiteur puisse apprécier un bain d'ombre dans un hamac. Afin de préserver la nature des produits toxiques, un hôtel à insectes a été installé. Il héberge les petits auxilliaires (syrphes, coccinelles...) qui raffolent d'espèces parasites, type pucerons, et évitent ainsi la pulvérisation d'insecticides. D'allieurs, ici tout est cultivé de façon bio. "Nous n'utilisons pas de produits chimiques, mais du paillage, du purin d'orties et des potions magiques... Lire la suite   
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Des personnages féeriques

    Quand la décoration du jardin se métamorphose en être féerique, la structure en métal qui porte le lierre se transforme en un dragon protecteur et l'épouvantail de ce cerisier en nymphe.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Cerisier shirotae

    Un cerisier à fleurs du Japon shirotae semble avoir transpercé ce parterre d'heuchères. A l'automne, le feuillage de l'arbre fruitier se teinte d'or. 
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Le phénix

    Cette cage, qu'un phénix surplombe, abrite quelques faisans dorés, une espèce d'oiseaux venue de Chine.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Une pivoine princesse

    Ici, une pivoine princesse s'apprête à éclore. Ce bouton deviendra d'ici peu une fleur gigantesque. 
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Un verger thématique

    L'organisation du verger reprend le thème médiéval des quatre éléments : l'eau, la terre, l'air, le feu. Il n'y a donc ici ques des pommiers, pruniers, cerisiers et néfliers.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Un cerisier

    C'est ce cerisier qui divise le verger en quatre parties.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Un labyrinthe

    Comme un clin d'oeil au roman de Lewis Caroll, Alice au pays des merveilles, Patricia a fait dessiner un labyrinthe de buis en tête de chat. 
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Des ruches

    Le domaine compte six ruches dont s'occupe spécialement un apiculteur. Selon la quantité de miel récoltée dans l'année, la famille en mettra en pot, produira de petits bonbons qu'elle vendra à la boutique et en garnira les assiettes de son restaurant (locavore), La table des fées, tout près du potager. 
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Pivoine arbustive

    Voici une autre pivoine, arbustive cette fois, dont le diamètre devrait atteindre 25 cm. 
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Une allée de gardiens

    En 1999, la tempête qui traversa la France s'est abattue sur les jardins et détruisit de nombreux arbres. Ceux-ci, morts, deviennent les gardiens de ces nouvelles allées.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    "La Forêt qui Court"

    Imaginées par l'artiste Basserode, ses sculptures symbolisent le danger que peut représenter l'Homme pour la nature, si fragile.
    © 

    Un point de vue donné

    Dans le jardin, Patricia a créé un "oculus" s'ouvrant sur le château, comme ces baies qui donnaient sur les églises du Moyen Age. 
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

    Une histoire

    Transgressif, Stefan Nikolaev a érigé, avec beaucoup d'humour, un " Monument commémoratif" inspiré par le personnage de dessin animé Coyote. Celui-ci porte la couverture de feutre et la canne que l'artiste Joseph Beuys avait dans sa performance "I like America and America likes me" en 1974. Plus sérieusement, Stefan Nikolaev se fait narrateur d'une nouvelle histoire, celle de l'homme qui cherche à échapper à sa nature sauvage.
    ©  Emmanuelle Lopez / JournalDesFemmes.com

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :